ÖBDL, le festival open air genevois auquel aller d’urgence !

Kraken, 16h, nous rencontrons Clément Perrin qui nous parle du – presque nouveau – concept genevois, le festival ÖBDL ! L’occasion de profiter d’un event open air à Genève avant la rentrée…

 

Yo, d’où vient l’idée de ce festival ?

Je m’appelle Clément, j’ai 24 ans, je suis parti 3-4 ans de Genève pour faire mes études entre Bruxelles et Barcelone. Je suis le co-fondateur d’OBDL, je me suis lancé avec Loris Bisetto qui mixe sous le nom de Mitikal à Genève. Il a commencé à faire des raves et pas mal de soirées un peu partout sur Genève mais surtout au niveau Drum’N’Bass. Moi ça m’intéressait d’organiser des soirées vu que je faisais mes études en com’ je savais un peu comment lancer le truc. J’étais assez curieux de ce qu’il faisait. Une fois on s’est proposé d’un commun accord de faire quelque chose de nouveau, sortir de la Drum pour faire quelque chose d’un peu plus « grand public ». On a alors eu l’idée de lancer un évent plus house et techno à Genève, ça c’était en décembre 2015. C’est là qu’on a lancé le concept !

Pourquoi organiser un festival et pas simplement une soirée ?

À Genève on a des festivals comme l’Electron ou d’autres mini festivals mais toujours dans plusieurs lieux. C’est très urbain, on va dans une salle et ce n’est pas en open air. Je me suis inspiré des festivals où j’étais allé à Bruxelles, Dam ou encore Barcelone pour faire quelque chose de plus petit mais dans la même idée. Cette année le festival se déroule principalement en open air mais on aura aussi une deuxième stage en intérieur. On a décidé de passer les clés de la salle à 5ENS, un collectif genevois qui a aussi commencé avec les raves. Ça s’appellera la Carrosserie by 5ENS avec leur univers musical – très techno.

Comment a pris forme ce projet de festival ?

La première édition était en 2016. Il fallait trouver des Djs ce qui n’était pas facile parce qu’ils demandaient des références. On a du leur dire qu’on était juste des jeunes qui lançaient quelque chose de nouveau. Globalement ça s’est bien passé, on a eu que des échos positifs et l’ambiance était super. Après on a manqué d’une centaine de personnes, le lieu est vraiment énorme ! L’aftermovie est ici. La première motivation c’était de voir que des évènements open air avaient lieu à l’étranger, ça nous a donné envie de faire bouger notre ville aussi ! L’idée c’était vraiment d’offrir quelque chose de nouveau à Genève. On est le public cible-même de notre festival, les gens qui viennent sont pareil que nous.

D’où vient le nom et le design ÖBDL ?

Ô Bout Du Lac. A l’époque je voulais lancer une marque de vêtements. La première fois que j’ai entendu cette phrase c’était dans une chanson de Marekage Street, ça faisait « au bout du lac se trouve la ville qu’on appelle Genève.» Mais c’est aussi un surnom populaire qu’on donne à la ville, celle au bout du lac Léman. C’était un peu pour devenir la référence des festivals de Genève. Pour le design, la première année avec mon meilleur pote qui est graphiste on a travaillé pendant des heures sur les visuels. La première année notre affiche était composée plutôt de collages, on voulait faire quelque chose qui se situait entre l’underground et l’été, on a donc mélangé plein d’éléments venant de ces deux univers. Cette année on a bossé avec Rylsee, un artiste genevois qui vit en ce moment à Berlin. Il fait plein de trucs, par exemple c’est lui qui a fait le logo et le bar d’Inglewood. En parallèle de ça il lance sa marque qui s’appelle Sneeer avec son frère. Mais du coup à la place de mon pote l’année passée c’est avec lui qu’on a bossé les visuels. Du coup il viendra présenter sa marque de vêtements durant le festival.

Parle-moi un peu plus de ce projet de stands de créateurs…

On essaye de soutenir un maximum ce qui est genevois, je trouve qu’on a une ville intéressante mais qui ne rayonne finalement pas tant que ça au niveau international et du coup c’est cool de mettre en valeur tous ces petits artisans genevois comme Sneeer qui a lancé sa marque il y a une grosse année ou encore Khan & Darian qui font des sacs vraiment cool fait à la main. Le but c’était de leur laisser aussi de la place pendant une journée pour que les gens puissent découvrir ce qu’ils font. Il y aura 4 stands, voire peut-être 5. Voilà, de la bière, au vin, aux food trucks normalement tout sera genevois ! Il y aura Le Frais Maison pour la touche Burger et le Croc’Orient pour le petit côté vegan et oriental.

Pour revenir à la musique, qu’est-ce qu’on pourra écouter lors de cette édition ?

Notre tête d’affiche principale est Adana Twins, ça fait 5 ans que je les suis pas mal, à l’époque c’était plus deep house avec un titre comme Strange par exemple. Ils ont sorti un son sur le label de Solomun, et ils sont aussi à la tête du Watergate à Berlin! Je les voulais depuis le début et ça a marché mais seulement en prenant un autre artiste du label. Du coup on a pris John Monkman qui est aussi vraiment fort et sort beaucoup de prod’.

En début de journée ce sera des variantes de la house allant du funk à l’ambiant en passant par la disco. Mais on commencera par le contest DJ qu’on avait lancé, on a dû en sélectionner avec notre association, parce que oui on est bien une assoc’ (rires).

Le festival commence à 14h et finit à 2h. Cette année 2 vainqueurs sont ressorti du Contest Dj et mixeront chacun 50 minutes, ensuite il y aura un petit nouveau qui mixera, Ambrozeste. Ensuite ce sera Constellation qui mélange 4 univers différents donc c’est vraiment cool. Après ce sera Flabaire qui vient d’un nouveau label parisien qui s’appelle D.Ko Records… C’est une des futures pépites de la house française selon moi !

Ensuite mon pote Loris qui mixe sous le nom de Bizo, on a préféré qu’il ne mixe pas sous Mitikal, puisque là il sortira de l’univers de la Drum pour mixer des sonorités plus proche de la UK garage.

C’était important pour vous de miser sur un nouvel endroit inconnu à Genève ?

Oui parce qu’à Genève il n’y a pas une multitude d’endroit. Il faut être connu pour collaborer avec les endroits qui existent déjà et le coût de location est faramineux, et du coup on a eu une opportunité avec ce nouveau lieu et il est juste parfait ! Il est un peu excentré c’est vrai mais dans les autres villes les gens font facilement 1h de bus pour aller en festival, alors qu’à Genève les gens sont un peu plus réticents, il faudrait que ça change !

C’est quoi vos projets pour la suite ?

Que tout le monde soit satisfait, on adorerait avoir 1 000 personnes cette année. Ensuite de prolonger les éditions, tous les ans à la même date à peu près. On aimerait bien faire 2 jours mais pour l’instant c’est un peu compliqué on préfère se concentrer sur une journée. On a eu une date au Village du Soir cette année avec le collectif, mais on aimerait vraiment collaborer avec des autres établissements sur Genève comme le Motel par exemple, ils ont des lines up vraiment travaillés.

Pour conclure, en quelques mots, pourquoi venir au festival ÖBDL ?

Si jamais c’est à Vernier, il y a des bus, un parking gratuit à proximité et des noctambus etc… Il faut venir profiter la journée c’est vraiment cette ambiance chill qui est intéressante, durant l’aprèm c’est décontracté il y aura une chill zone et des tables de picnic pour pouvoir déguster les produit frais des stands de nourritures. C’est assez grand public pendant la journée, l’année passée ma mère était venue avec deux copines !

Venez également parce qu’on a un concept presque unique à Genève qui peut plaire à tout le monde entre nos Food Trucks, notre chill zone, la musique qui est variée… On est jeunes, on a envie de continuer ce concept sur des années donc maintenant c’est aussi aux gens de jouer le jeu et de venir soutenir les nouveaux projets ! Plus ça marche plus on pourra faire d’autres choses pendant l’année…

Finalement je tenais à remercier la famille Bisetto, mon associé Loris, ainsi que sa copine qui nous a aidé pour la déco ! Je remercie également mon pote pour les graphismes et l’artiste Ryslee pour les visus, tous mes potes qui sont présent pour le montage et aussi tout ceux qui partagent, likent, commentent. Chaque force est bonne à prendre. Pour finir je remercie énormément les les chauffeurs/dépanneurs et les bénévoles !

Festival OBDL

2 septembre 14h-02h

CHEMIN DELAY 18, 1214 VERNIER

Transports en commun:

  • BUS NUMERO 6,19 et 28

Prendre le bus jusqu’à Vernier école

Depuis Vernier-école 7-8 minutes à pied jusqu’au festival

Noctambus pour rentrer en ville: Départ à 01h09, 01h31,01h51 et 02h11 depuis Vernier école.

Tarifs:

15 .- preloc

14h à 18h: 15 .-

18h à la fin: 20.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *