La Fripe A Jo : A Business Woman is Born

À 21 ans, cette Genevoise éperdue de mode et de fringues vintage n’a pas fini de faire parler d’elle. Créatrice de « basket bags », Joana Bender, alias La Fripe A Jo, ravit les fanas d’accessoires avec ses sacs à main en forme de ballons de sport.

Elle le dit elle-même, la passion pour la mode, elle n’est pas née avec. Pourtant, à seulement 21 ans, cette Genevoise d’origine espagnole cartonne avec un concept tout droit venu des USA : des sacs à main en forme de ballons. Du ballon de basket au ballon de football américain en passant par le petit nouveau, la balle de tennis, Joana Bender a plus d’un tour dans son sac. 

Tout commence à l’adolescence lorsqu’elle décroche ses premiers jobs. « Ma passion pour la mode est née lorsque j’ai commencé à bosser. J’adorais le fait de recevoir mes sous pour ensuite m’acheter mes propres vêtements », explique la créatrice. Après les cours, Joana n’a qu’une chose en tête : dénicher les perles rares des magasins de seconde main. « Les friperies m’ont tout appris, j’ai passé des heures à toucher des tissus et matières différentes, à analyser le prix que je pouvais tirer de chaque pièce. C’était fascinant, et puis j’ai commencé à organiser des vide-dressings et à habiller des artistes de la région pour leurs clips et séances photos », raconte-t-elle.

Mais la pandémie débarque et la passionnée se retrouve limitée dans ses opérations. « Je sentais bien que la situation allait durer et qu’il me serait impossible d’organiser mes vide-dressings. J’ai dû chercher une nouvelle occupation », explique Joana. Il y a tout juste un an, La Fripe A Jo découvrait alors ce qui allait changer sa vie : les basket bags

« J’ai su que je voulais en faire ma vie »

« J’ai immédiatement su que j’avais envie d’en faire mon métier », dit-elle simplement. « Aujourd’hui encore, je ne sais pas expliquer pourquoi j’ai foncé tête baissée. Je me suis posée dans un café et en quelques heures j’ai étudié la fabrication, le marché et j’ai commandé tout le matériel. J’ai su que c’était la chose à faire », abonde-t-elle. Quelques mois après, la jeune femme quitte ses études supérieures pour se dédier à sa nouvelle passion. Un move plutôt réussi, puisque ses collections de sacs se vendent désormais en moins de vingt-quatre heures. « Au début, je passais trois heures sur chaque pièce, maintenant j’arrive à les finaliser en une heure et demie » ; cela représente un gain de temps précieux pour la Genevoise, qui confectionne ses sacs dans le coin de sa cuisine, en attendant d’un jour pouvoir s’installer dans son propre atelier.

Les réseaux sociaux comme terrain de jeu 

Son fidèle compagnon d’armes ? Instagram. C’est sur la plateforme que la créatrice bâtit et développe son fashion buisness. Sa visibilité ? Elle la doit à son culot. Il y a quelques mois, La Fripe A Jo prenait son courage à deux mains et envoyait des dizaines de sacs à des influenceuses francophones. Depuis, des personnalités détenant des millions d’abonné·e·s telles que Natoo, Gaëlle Garcia Diaz ou encore Léna Situations, posent sur les réseaux avec des basket bags signé La Fripe A Jo.

L’influenceuse Natoo avec un basket bag

« La façon dont je gère mon business sur les réseaux est la partie la plus instinctive de mon travail. Je m’inspire constamment de ce que je vois sur la toile. Je suis devenue addict à la sensation de voir une idée éclore pour de vrai », avoue Joana. Et ça se sent, la jeune femme lance des campagnes publicitaires dignes des plus grandes marques de mode. Il y a quelques semaines, les visuels de sa nouvelle collection se baladaient sur les devantures des trams en ville de Genève. « Ma situation est délicate, rien ne m’assure une stabilité future mais cette aventure me fait apprendre et grandir plus rapidement que je ne pourrai l’espérer », confie-t-elle. « Si un jour je m’exporte, j’appuierai sur le fait que je viens d’ici et que j’ai collaboré avec des artistes genevois très talentueux », ajoute-t-elle.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite, Joana ?

« Que je continue à développer ma marque, mes sacs, mais aussi d’autres projets, comme ma chaîne Youtube que je viens de commencer ! À côté de mes créations, j’adorerais être styliste pour les clips de rappeurs et rappeuses. Et enfin, la mode c’est très passager, j’espère toujours réussir à rebondir, mais j’y compte bien ! »

La tête pleine d’idées, La Fripe AJo est partie pour créer un véritable empire de mode, et on se réjouit de découvrir ce qu’elle nous mijote. Pour suivre son avancée, voici ses réseaux :

INSTA : @LAFRIPEAJO YOUTUBE : @LAFRIPEAJO

Tags sur cette publication
, , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.