Tatum Rush, kitsch irrésistible à l’italienne

Crédit : Celine Luetolf

De la musique pop, disco, mêlant anglais, français et italien… C’est une partie de l’univers de Tatum Rush. Il a sorti son dernier titre très entraînant « Too Late ». Rencontre.

Tatum Rush, c’est un artiste pluridisciplinaire. Tantôt performeur, tantôt réalisateur mais surtout artiste musicien de talent, Giordano Tatum Rush est né aux États-Unis et a baigné toute son enfance dans la culture américaine. Des films, des musiques mais surtout des livres qui ont totalement imprégnés et influencés l’enfant d’alors. Il arrive plus tard en Suisse, au Tessin et parcours ensuite les quatre coins du pays. Il fait une halte pendant ses études aux Beaux-Arts à Genève en performance et navigue actuellement entre Lausanne, la cité de Calvin et la Suisse italienne.

Crédit : Celine Luetolf

La musique, Tatum Rush s’y plonge à 14 ans avec la Bossa nova. « J’ai toujours baigné dans un environnement musical. Ma famille s’intéresse beaucoup à ce domaine. Mais quand j’ai découvert la musique brésilienne, c’est très rapidement devenu une obsession », explique Giordano. Il commence donc à toucher à des instruments, en se redirigeant petit à petit vers le jazz. A force de pratique et d’écoute, Tatum Rush s’initie à la pop et plus généralement à la pop culture : « Je voyais ça comme un style mêlant le sérieux et le kitsch. Ça m’a beaucoup plu ». Le versant italien de Giordano arrive quelques années plus tard : « J’avais un a priori sur cette culture. Je la trouvais pauvre musicalement ». Depuis, l’Italien est devenu sa langue de prédilection. Elle lui permet d’être plus précis, de mieux manier les mots et d’amener plus de nuance à ses textes.  

« J’aime le mauvais goût »

Au niveau de ses inspirations, Tatum Rush apprécie autant Michel Houellebecq que les série B italiennes. Ses voyages à travers le monde nourrissent aussi son travail tant musical que visuel. Car Giordano a réalisé de nombreux clips, dont Amour sur le beat de Bandit Voyage ou Nobody But You de Fai Baba. Même si ses études l’ont formé à la performance, l’artiste souhaitait inscrire son travail dans la durée: « Il y a un côté éphémère dans la performance, c’est pour ça que j’ai fait de la vidéo mon métier », précise-t-il. L’artiste a tout de même parlé de ce domaine lors d’une conférence Ted Talks à Saint-Gall.

Giordano est aussi à la direction artistique de ses propres projets. Il a notamment réalisé son clip Mini Girls, avec l’artiste belge Claire Laffut. Son mantra ? « Tout commence par une blague et devient un vrai projet. J’aime aussi beaucoup le mauvais goût. J’aime le décalé, le bizarre, l’étrange. »

Too late, coup de cœur de l’été

Crop-top, lunettes de soleil seventies, cheveux blonds décolorés… Le clip de Too Late, le dernier titre en date de Tatum Rush est sorti mi-avril. Tourné sur les plages du Brésil, l’imaginaire du clip est inspiré du film Flashdance. « On a filmé pendant deux jours, il y avait une vraie énergie solaire », note Giordano. Une énergie qui se ressent à l’écoute et qui donne envie de danser en face de la mer, un (virgin) Spritz bien frais à la main.

Too Late est le début d’un nouveau chapitre pour l’artiste. Un album est actuellement en cours « mais ce sera très différent par rapport à mes précédents projets. Chaque sortie est un vrai exercice de transformation. J’aime l’imprévisibilité prévisible ».

Pour découvrir Tatum Rush, foncez voir ses clips et sa page Instagram !

Tags sur cette publication
, , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.