Night Drivers jouera au festival Murs du Son à Carouge, le festival de la rentrée !

Petit entretien avec Silvia du groupe Night Drivers qui se produira le vendredi 8 septembre au festival Murs du Son à Carouge…

Salut Silvia ! Qui es-tu ?

Salut ! Je m’appelle Silvia, je suis guitariste et chanteuse dans le groupe Night Drivers. On est 4, on joue ensemble depuis à peu près 2 ans dans les locaux Murs du Son. En fait, ce sont les THSM (Travailleurs Sociaux Hors Murs) de Carouge qui nous mettent ces locaux à disposition gratuitement grâce à la mairie. Ils travaillent avec les jeunes, et un de leurs projets c’est de gérer les locaux et de nous aider à organiser plusieurs concerts par année, comme par exemple le festival Murs du Son en septembre ou le Lokos festival au Chat Noir en mai. C’est nous (les groupes qui jouent) qui organisons tout, mais ils nous coachent. Le festival Murs du Son existe depuis environ 6 ans mais ça fait 3 ans qu’on y joue. Quand j’étais au collège il y avait un groupe de 4 mecs qui jouaient de la musique là bas, et on a ensuite repris leur local. J’allais déjà au festival avant d’y jouer alors quand on a su ça on s’est dit « c’est parti ».

Comment s’est formé votre groupe Night Drivers ?

Je connaissais déjà un peu Victoria qui est l’autre guitariste du groupe et je savais qu’on aimait à peu près le même style de musique. On s’est dit que ce serait cool de faire un groupe (rires). Je connaissais aussi un peu Alicia qui faisait de la basse. Depuis qu’on a le groupe on passe tout notre temps ensemble ! Mateo notre batteur est le demi frère d’Alicia, à la base il faisait du hardcore, mais il était chaud de faire du rock psychédélique avec nous alors ils nous a rejoint ! J’avais jamais joué dans un groupe avant, je faisais de la guitare depuis longtemps mais je faisais les trucs dans mon coin. Ça me tentait d’avoir un groupe, c’est une belle expérience !

Vous avez commencé par faire des reprises comme la majorité des groupes ?

Alors non on a directement commencé avec les compos ! Victoria et moi on écrit. Au début on trouvait un peu des accords qui nous plaisaient, ça se faisait assez naturellement. Maintenant c’est plus dur de composer parce qu’on s’ennuie un peu plus vite des trucs qu’on fait car on a un meilleur niveau. Les paroles sont en anglais, c’est plus simple. J’aimerais bien écrire en français mais c’est compliqué; en anglais « baby I love you » ça passe tu vois, alors qu’en français ça fait vite Pascal Obispo (rires).

Quels sont les thèmes de vos chansons et d’où vient le nom du groupe ?

Quand on a commencé le groupe je venais de regarder le film Drive et c’est un film qui m’a vraiment beaucoup marquée parce qu’il est très beau, très intense. Et j’aimais bien ce côté un peu conduire dans la nuit… ça fait tout de suite moins classe en français (rires). Les thèmes des chansons tournent autour de l’amitié, de l’amour, tous ces sujets qui nous tourmentent un peu quand on est jeunes quoi ! Il y a certaines phases qui nous motivent à écrire. Maintenant nos paroles sont un peu plus soft je dirais. On parle des choses du quotidien, j’invente pas vraiment mais je romantise ce qui se passe dans ma vie. C’est toujours plus facile de s’inspirer de ce qu’on vit ! On a très vite commencé à jouer en live nos compos. Le premier concert était au Chat Noir, c’était trop bien, un des meilleurs… il y a trop de gens qui sont venus ! Avec du recul c’était pas incroyable ce qu’on faisait mais on avait tellement une bonne énergie…

Pourquoi miser sur le jeu en live plutôt que sur l’enregistrement ?

C’est moins cher de jouer en live (rires). Quand tu enregistres il faut déjà un budget, il faut connaitre quelqu’un qui est d’accord de t’enregistrer… faire un EP et un album ça demande beaucoup d’investissement. C’est compliqué pour l’instant car on est tous en études donc on ne sait pas comment ça va se passer. La musique on la fait parce que c’est notre hobbie, on prend énormément de plaisir à jouer ensemble mais c’est vrai que dès qu’on commence à faire quelque chose d’un peu plus pro il faut s’investir beaucoup plus au niveau du temps et nous on a pas vraiment cette optique là… Idéalement on voudrait continuer a faire des concerts et s’amuser.

Quelles sont vos influences musicales ?

On aime beaucoup les groupes locaux comme Magic & Naked… Sinon en moins local Allah-Las, Mac DeMarco, La Luz… Les Strokes des fois ! Whitney aussi, on est allés les voir à Montreux cet été et c’était trop bien, c’est le batteur qui chante ! On va à beaucoup de concerts ensemble. Récemment on est aussi allés au Nox Orae, c’est un petit festival suisse à la Tour de Peilz, il y avait Ty Segall, Foxygen, Faire… Sinon y a longtemps à l’Usine j’étais allée voir Black Rebel Motorcycle Club avec Victoria et ça m’a beaucoup marquée ! C’est motivant de voir ce que les autres peuvent faire sur scène, ça donne envie.

Comment caractériser votre style musical ? Et au niveau du jeu de scène, c’est facile ?

On fait du rock psychédélique. Parfois c’est pop, parfois plus rock… ça dépend des ambiances ! Notre jeu de scène est de moins en moins crispé mais y a encore du boulot (rires). Généralement je dirais qu’on joue devant une centaine de personnes. C’est marrant parce qu’avant j’arrivais toujours aux concerts tirée à quatre épingles avec des beaux habits, full make up et tout… Mais en fait je me suis rendue compte que ça me dénaturait un peu ! Ça me mettait trop dans un rôle… j’aimerais savoir ce que ça fait d’y aller en jean basket. Ce qui compte c’est la musique. Moi c’est pas mon truc les costumes de scène. Plus c’est chill plus c’est cool !

Dis nous en maintenant un peu plus sur le festival…

Ce qui est cool avec ce festival c’est que c’est au centre de Carouge, c’est joli, c’est sympa, c’est gratuit (rires). Il y a les bars juste à côté pour aller boire une petite bière entre deux concerts. On peut vraiment juste venir pour chiller, écouter de la musique de loin… Il n’y a que des groupes de jeunes carougeois donc c’est 100% découverte. C’est un festival complètement DIY, c’est nous qui l’organisons ! Les THSM nous mettent tout à disposition et nous on s’occupe du reste. On a une chance énorme d’avoir un cadre comme celui de la Place du Temple pour faire un concert ! Le lieu est assez insolite, c’est la signature du festival Murs du Son.

Quels seront les groupes qui joueront et dans quel mood ?

Vendredi ce sera plus rock, pop, psyché et samedi plus métal. Il y aura par exemple les Ladybirds, ce sont deux filles qui font des reprises avec une guitare, ou The Five Hills qui ont déjà pas mal de niveau ; il y a une des nanas qui joue du synthé et les deux chantent super bien ! Not Yet c’est du jazz fusion, c’est top ce qu’ils font ! L’un d’entre eux joue du vibraphone donc faut vraiment venir écouter. Random Rage c’est du grunge et Katarakt c’est du metal un peu viking, ils ont des costumes de scène et tout, leur batteur est trop fort (bisous Watson !)… L’antichambre c’est 3 mecs qui font du rap, j’adore ce qu’ils font ! Mais c’est dommage parce qu’ils ne vont malheureusement pas jouer à cette édition pour diverses raisons… Nous on jouera autour de 22h vendredi. Les concerts comment vers 19h30 jusqu’à 00h00. Alicia, Victoria et moi on fait partie du groupe déco cette année ! Le thème c’est Tropical donc y aura des fleurs hawaïennes, des colliers, des planches de surf… voilà !! C’était avant que je parte au Costa Rica j’étais un peu dans le mood (rires).

Pour aller voir des bons concerts à Genève tu vas où ?

A l’Écurie, c’est plus indé. PTR c’est plus connu, mais ça reste quand même bien, c’est pas l’Arena (rires). Et au Bout de la Rue les mercredis acoustiques dans le cadre de Rock This Town qui font vivre la scène indé à Genève ! C’est tous les premiers mercredis du mois.

La question de la fin ! Partage-nous nous 5 morceaux qui t’ont marquée !

C’est assez varié, y a même du rap !

Kiwi maddog 20/20 (Version 2) de Eliott Smith

Roda Viva de Chico Buarque

Playground Love de Air

1997 de Nelick

Even When The Water’s Cold de !!!

 

Festival Murs du Son: 8 et 9 septembre 2017

19h30-00h

Place du Temple, Carouge

Entrée libre et tout public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *