BlackWay, l’atelier Harley Davidson de James Risse

L’histoire commença il y a plus de 18 ans, avec l’amour qu’eut James Rise pour le fameux moteur américain après avoir fait un apprentissage de mécanicien poids lourds.

Le premier atelier se trouvant à Meyrin, au fond d’un « chemin sombre », James n’a pas eu à chercher le nom bien longtemps : ce sera « BlackWay ».

« Il suffit d’avoir l’envie de customiser sa bécane et de se lancer ». Voilà ce que prône James Rise. On peut avoir notre Harley et y’aller avec l’envie de changer son guidon, sa selle, ses pots d’échappement ou encore son carburateur, il saura nous conseiller et mettre sa touche personnelle de créativité. « Il faut créer une synergie », nous dit Rise, « une création où le propriétaire de la moto soit impliqué ».

L’autre manière de faire, si nous avons un peu plus de ressources, est de participer à la création de son chopper de A à Z. Un modèle sur mesure. De nombreux monstres ont été créés de cette manière, et de beaux monstres !

Mais parlons des goûts de Mr James. Son âme soeur ? les bobber old school. Mais attention, on parle du style old-school qui peut tout à fait être sur une Harley de 2015. Son obligation ? Travailler sur les v-rod ou autre moto au côté hi-tech, car il peut le faire mais ce n’est pas ce qu’il préfère.

Nous pouvons voir ses créations dans son atelier. Mais nous pouvions les voir aussi dans les divers meetings européen auquel BlackWay a participé. C’était beaucoup de travail de mise en place pour les retombées médiatiques. En effet, sa clientèle est nationale et aller jusqu’en Italie ou en Allemagne pour si peux n’en vaut plus la peine.

Pour finir cette rencontre nous lui avons posé des questions plus personnelles:

  • Quel est ton Harley favorite ?
  • La streetglide, c’est vraiment des sensations uniques et incroyable. Ce gros V-twin vibrant entre les jambes on se sent puissant.
  • Que détestes-tu ? Les gens en costume sur des Harley ? ( rires )
  • (Rires) Non, je pense que tout le monde a le droit d’aimer la Harley Davidson et la moto en général, il ne faut pas faire de discrimination, il y en a déjà beaucoup trop dans le monde. Ride Free.

Interview réalisé dans l’Atelier Blackway 22, Route de Pré-Marais, 1233 Bernex après un beau ride en Harley dans la belle campagne genevoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.