Collection été 2020 #4 A-Lola, un air de Copacabana dans la mode locale

Pour t’accompagner durant cet été, EPIC a décidé de te proposer Collection été 2020, une série de cinq articles sur la mode genevoise ! Chaque mardi, le magazine part à la rencontre d’un·e ou de plusieurs jeunes créateur·trice·s de mode originaires du canton. De quoi te permettre d’en savoir plus sur leur travail, leur parcours, leurs inspirations et leurs projets ! Aujourd’hui, découvre l’univers d’A-Lolamarque de swimwear qui prône la durabilité et le body positive, présentée par sa créatrice Anani Liz.

Il y a de ces projets qui demandent une certaine maturation avant de pouvoir délivrer l’entièreté de leur potentiel. Cela a été le cas pour Anani Liz et sa toute récente marque de maillots de bain A-Lola, lancée en juin dernier. Cette réalisation est en effet le fruit de longues réflexions conceptuelles, mais également d’un profond travail d’introspection entrepris par son instigatrice. “J’ai toujours su que je voulais créer ma propre marque. Mon but, c’était d’être une femme indépendante. Néanmoins, il m’a fallu beaucoup de temps avant d’arriver à sauter le pas.” Ses études en design de mode terminées, la jeune femme a entamé un périple quasi initiatique à travers Hawaï, l’Argentine et le Brésil. Son objectif ? Trouver l’inspiration et l’énergie créatrice nécessaire pour lancer sa propre ligne de swimwear. “J’ai été particulièrement marquée par mon contact avec l’eau et la nature durant ce voyage. Le fait de me retrouver seule m’a également obligée à réfléchir sur moi et à ce que je voulais dans ma vie. Cela s’est révélé déterminant pour la suite.”

Le Brésil, une influence centrale

Certes, Anani a ressenti le besoin de s’isoler en partant à l’aventure pour définitivement trouver sa voie, mais cette passion dévorante pour la mode et la création l’habite depuis toujours. La jeune femme de 27 ans se souvient avec émotion des moments passés avec son grand-père à souder, bricoler et créer de petits bijoux dans l’atelier familial à Genève. “Depuis petite, je possède cette fibre créative. J’adore toucher à tout, créer avec mes mains. Je dois toutefois avouer que les maillots de bain m’ont toujours attirée par-dessus tout.” La raison ? “Eh bien, je suis Suissesse et Espagnole, mais j’ai aussi des origines brésiliennes. Je me rends régulièrement dans ce pays, auquel je reste particulièrement attachée. Il faut savoir que ma famille maternelle vient de Rio, ville où le maillot de bain est une religion”, rigole la conceptrice. L’intérêt d’Anani pour la mode de plage a donc été forgé par cette particularité culturelle, mais également par l’influence primordiale de sa mère. “À Rio, il est de coutume de changer de costume de bain selon le jour de la semaine ou son humeur du moment. Ma maman m’a introduite très tôt à cette pratique locale, car elle m’achetait de nombreux petits bikinis typiquement brésiliens.” De fait, la jeune créatrice a toujours baigné dans une atmosphère nimbée de soleil et brassée par les vagues de l’océan et le mouvement des corps.

Le perroquet présent sur le logo d’A-Lola est brodé derrière chaque maillot de bain de la marque.

Du Brésil, Anani retient également ses grands-parents. Désormais disparus, ils possèdent toujours une grande place dans sa vie. Son amour pour eux n’a jamais faibli, tant et si bien que la jeune femme a décidé de leur rendre hommage en imaginant le logo et le nom de sa marque. “Au sein de leur propriété carioca, ils possédaient un perroquet du nom de Lola. Mon grand-père entretenait une relation particulière avec elle, c’est pourquoi son décès a été douloureux pour lui. Moi, je suis née après la mort de Lola. Durant mon enfance, j’ai été très marquée par les nombreuses anecdotes que mes grands-parents me racontaient à son sujet.” Ces derniers, qui connaissaient bien la passion de leur petite-fille pour la mode, comptaient parmi ses plus fervents soutiens. C’est la raison pour laquelle Anani a décidé, en inventant l’appellation de sa brand, de lier l’initiale de son prénom au nom du perroquet que ses aïeux ont tant aimé. Ce même petit volatile, devenu le symbole de la marque, se retrouve également brodé derrière chaque maillot de bain signé A-Lola. “C’est mon petit cadeau pour eux”, sourit la designeuse.

Entre conscience écologique et célébration des corps féminins

À l’heure actuelle, Anani est seule pour imaginer ses collections swimwear, qu’elle dessine entièrement et dont elle réalise les patrons. Après d’intenses prospections, la créatrice a trouvé un petit atelier portugais où sont confectionnés ses produits, dont le tissu est éco-responsable. “Pour moi, c’était une évidence d’allier la mode et l’écologie, même si cela induit un coût important. Cela représente d’ailleurs plusieurs années de documentation et d’expérimentation afin de choisir le meilleur tissu recyclé.” Les maillots de bain A-Lola sont ainsi réalisés à partir de matériaux de récupération, principalement des filets de pêche et des détritus plastiques. Anani manifeste une envie très claire de se détourner des modèles de la fast fashion, une industrie particulièrement polluante et peu éthique. Pour sa première collection, elle n’a donc créé que quatre modèles de maillot (deux une pièce et deux deux pièces), disponibles chacun en deux couleurs différentes (partagées entre le vert, le doré, le rose et le bleu/violet).

Pour chaque couleur de costume de bain, deux modèles sont disponibles : un une pièce et un deux pièces.

De plus, A-Lola a mis un point d’honneur à créer des maillots aux tailles les plus diverses, afin que ses conceptions puissent habiller le plus de morphologies possible. “Cela m’a pris beaucoup de temps d’imaginer des costumes de bain pouvant épouser tous les corps. Néanmoins, je tiens particulièrement à cet aspect, car j’ai toujours eu comme credo de toucher un maximum de femmes avec mes créations.” Anani cherche à développer une marque lumineuse et positive, promouvant la liberté de la femme. “Quand une personne porte un de mes maillots, je veux qu’elle se sente jolie, digne et valorisée. J’ai reçu beaucoup de messages de femmes qui n’osaient plus se rendre à la plage ou à la piscine suite à une prise de poids. Grâce à mes créations, elles se trouvent désormais plus à l’aise avec leur corps. Cela me rend vraiment très heureuse.” Les maillots de A-Lola se caractérisent également par une esthétique classe, soignée et naturelle, qui se refuse à la vulgarité. “Je ne voulais pas créer quelque chose de forcément “sexy”. Je désirais avant tout célébrer les femmes dans leur diversité et montrer à quel point elles sont toutes si belles et si fortes.”

Une première collection au succès certain

Cette première collection n’a de loin pas été un long fleuve tranquille pour Anani. Mûrie durant un an et demi, la sortie des pièces commercialisées cet été a bien failli être repoussée à l’an prochain. “Le confinement a été dur pour moi. Cette période a représenté beaucoup de stress, car l’atelier au Portugal a dû fermer. Avec les frontières closes, je ne pouvais pas non plus recevoir les colis contenant mes maillots.” Au final, le lancement de la collection a seulement dû être décalé de quelques semaines. “Je ne m’attendais d’ailleurs pas à un tel engouement pour un début”, révèle la designeuse. “J’avais certes énormément travaillé pour produire des maillots de qualité, mais je ne pensais pas que l’écho de la marque allait dépasser les frontières genevoises. J’ai été si surprise et contente de voir que des filles de Zurich me commandaient des costumes !”

La marque A-Lola cultive une esthétique classe et naturelle.

Forte de cette expérience et du succès de sa première collection, Anani compte bien pérenniser sa brand. D’un naturel perfectionniste, la jeune femme souligne vouloir prendre le temps de réfléchir à l’avenir, même si elle a déjà quelques idées en tête. “Sachant que les maillots de bain demeurent une pièce malgré tout assez saisonnière, je veux me diversifier en créant des accessoires à vendre durant toute l’année.” La conceptrice planche également sur le lancement d’une ligne pour hommes, qui pourrait voir le jour dans un à deux ans. D’ici là, certaines pièces de la collection 2020 d’A-Lola sont toujours disponibles à la boutique La Baladeuse. L’occasion de se vêtir local afin d’écumer les points d’eau de Suisse romande en ce bel été !

A-Lola en trois mots, c’est…

Positif, lumineux, éco-responsable
Tags sur cette publication
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.