« La vitrine » du Cinélux : nouvel espace photo intimiste

Crédit photo Alexandre Bossard

Une année après la réouverture du lieu, le Cinélux se lance dans un nouveau projet : une vitrine d’exposition photo.
A l’occasion de l’avant-première du film « Jusqu’au bout des rêves » de W.Meichtry, Alexandre Bossard inaugurera les lieux pour l’occasion.
Nous l’avons rencontré afin d’en savoir plus sur son travail.

Salut Alexandre, quels types de photos exposeras-tu mercredi ?

Je vais exposer des photos qui, de prime, abord ont peu de lien entre elles, si ce n’est qu’elles ont été prises dans différents endroits du monde dans le cadre de plusieurs de mes voyages.
Ce qui les relie, c’est qu’elles ont un style semblable : des paysages épurés avec peu de personnes représentées et une technique de tirage particulière.

Tu parles de plusieurs voyages, où ces photos ont elles été prises ?

La grande majorité lors d’un voyage en sac à dos en partant de Genève jusqu’en Iran par la route. L’Ukraine, la Géorgie, mais aussi l’Inde et différents endroits en Europe.

Tu shootes essentiellement à l’argentique, pourquoi ?

Crédit photo: Alexandre Bossard

Pour pleins de raisons (rires). J’ai été initié à la photo par l’argentique même si c’était déjà à l’époque du numérique, l’esthétique me plaît énormément et la maîtrise du processus me tient à cœur. Faire ses bobines de films, prendre les photos en maîtrisant tous les paramètres, développer ses pellicules et faire ses tirages. J’ai vraiment l’impression de créer une photo de A à Z.
C’est particulièrement le cas pour cette expo où j’ai même fait mon papier photo en badigeonnant du papier aquarelle de liquide photosensible.

En 2018, développer ses photos soi-même ça ne relève pas un peu du défi ?

Quelques rares endroits subsistent. Comme le labo où je développe, un lieu associatif, Zebralab, où plein de matériel devenu rare est entretenu et toujours utilisé. Je me rends compte qu’il y a quand même un vrai retour à l’argentique, on trouve de plus en plus de matériel et des marques réapparaissent grâce à une communauté qui les soutient. YouTube fait des miracles pour retrouver des techniques et un savoir-faire.

Tu as d’autres projets en cours ?

Oui, dans des genres totalement différents : une série photo couleur de nuit (en argentique évidemment) dans le but d’une future exposition collective. Je commence aussi un autre projet, plutôt orienté photo-reportage, mais qui démarre plus tranquillement.

www.alexbusy.ch
www.zebralab.info
Cinélux, Boulevard de Saint-Georges, 8 1205 Genève, www.cinelux.ch
« Jusqu’au bout des rêves » de W.Meichtry en présence du réalisateur, à partir de 18h30, mercredi 21 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *