L’impro racontée par des pros

EPIC a eu la chance de rencontrer Marie Bouvier, Adrien Laplana et Éric Lecoultre, tous trois membres de l’équipe suisse d’improvisation théâtrale qui a récemment atteint la finale du dernier Mondial d’impro, qui s’est déroulé du 16 au 24 octobre à Strasbourg. Les trois improvisateurs ont partagé leurs impressions et expériences avec le monde de l’improvisation, tant au niveau Suisse qu’au niveau international.

Comment ça fonctionne l’impro en Suisse ?

Il y a deux ligues en impro : une junior et une amateur. Normalement, on débute toujours en junior avant d’arriver en amateur. Dans le cas de Genève, on compte sept équipes tant chez les juniors que chez les amateurs. En Suisse romande, il existe plusieurs fractions cantonales, à Genève, à Neuchâtel, en Valais et dans le canton de Vaud, mais il n’y a pas vraiment de matchs entre les différentes fédérations des cantons.

Comment se passent les sélections pour le Mondial d’impro ?

Avant tout, il faut savoir que la majorité des événements s’organise sur Genève, car c’est là où se trouve la FIG (Fédération d’impro genevoise) qui est inclue dans le réseau d’impro mondial francophone, et qui donc organise parfois le mondial d’impro comme cela a été le cas l’année dernière. Les joueurs sélectionnés pour le Mondial amateur font donc partie des différentes équipes s’affrontant sur le canton de Genève. Adrien fait partie de l’équipe des Croisés, Marie joue pour les Sombres Héros et Éric est dans l’équipe Thorel. A noter que l’équipe de cette année était complétée par deux autres improvisateurs : Laure Piguet et Maxime Dufresne. Chaque année, le comité se réunit et vote pour un/e coach, qui sera chargé/e de sélectionner 5 joueurs parmi environ 150 pour jouer le Mondial amateur. Cette année, c’est Céline Andersson qui a eu cette tâche. Le coach, qui ne joue pas, a pour rôle de superviser l’équipe pendant les matchs et d’observer les joueurs pour savoir les lancer dans le jeu au bon moment. Elle doit donc bien connaître les joueurs et leurs qualités, pour sentir les coups pendant les matchs.

Qui participe au Mondial d’impro ? Et comment s’est déroulé le tournoi pour vous ?

Les participants au Mondial sont la Suisse, le Québec, la France, l’Italie et la Belgique. Le Mondial s’étend sur 10 jours, avec un match par soir, chaque équipe affronte les quatre autres. Le public vote pour les meilleurs impros. A la fin, une finale se joue entre les deux meilleures équipes. Cette année, l’équipe suisse est arrivée en finale contre les français, qu’ils avaient battus au premier match, mais cette fois ci, ce sont les français qui ont remporté la victoire pour un point.

Quel état d’esprit durant la finale ?

Les improvisateurs étaient stressés oui ! Mais c’était un stress qui faisait du bien, « une fois sur scène, ça passe » lâche Éric. Pour Marie, cela a été plus compliqué, stressée pour les deux premiers matchs, où elle a peu joué, il lui a fallu du temps pour ressentir un peu plus de légèreté. De manière plus générale sur les dix jours de compétition, le stress a été amoindri grâce à une cohésion d’équipe sans faille. Il y avait sur scène un esprit d’équipe particulier, une entente solide : « on se sentait les yeux fermés et on se comprenait très vite entre nous » raconte Éric. Avec en plus le travail de la coach, la tâche des improvisateurs a été allégée, et ils ne se sont pas laissé dépasser par l’enjeu.

Quel est le bilan de cette édition ?

Pour Adrien, le bilan est positif et inspirant pour l’avenir : « j’ai beaucoup appris sur moi et mon impro grâce à ce tournoi, maintenant, j’ai de nouvelles envies et de nouveaux défis devant moi ». Les trois improvisateurs s’accordent à dire que le bilan humain de cet édition s’avère plus que positif : « pour avoir participé à plusieurs éditions du Mondial, j’ai trouvé que l’équipe de cette année était la plus liée » avoue Éric. L’équipe aurait pu prendre la grosse tête avec ses quatre victoires initiales, « en plus, on se faisait reconnaître dans la rue, les gens disaient « eh mais ce sont les Suisses » » mais la coach a su remettre les pieds sur terre à l’équipe, surtout avant la finale, ce qui a aidé à la cohésion d’équipe.

Qu’est-ce qu’il se passe dans votre tête lorsque vous improvisez ?

De manière générale, les improvisateurs se sentent à l’aise lorsqu’ils sont sur scène. La clé pour eux est de ne pas réfléchir. Dès qu’ils enclenchent l’intellect, les idées se bloquent, et ça ne fonctionne pas. L’important, c’est la spontanéité et l’écoute de l’autre. Pour Adrien, lorsque l’improvisation se passe bien, il est même en mesure de construire un univers propre sur scène : « je me souviens d’une impro dans laquelle Éric et moi on était deux soldats dans le désert, et quand on se déplaçait, je ne voyais plus le public en face de moi, mais j’étais en immersion totale dans notre décor ». Marie accentue quant à elle la nécessité d’écouter son partenaire et même les adversaires : l’improvisation, ce n’est pas seulement en équipe, il faut aussi jouer en fonction des adversaires pour que ça marche.

Quel est le but d’une impro ?

On pourrait croire que c’est de faire rire, mais les improvisateurs attirent notre attention sur l’importance de créer un décor. Ils utilisent une analogie en lien avec Astérix pour nous expliquer cela: le créateur de la BD a dû d’abord placer ces gaulois dans un contexte, à savoir un village d’irréductibles gaulois qui résistent à l’invasion romaine, afin de pouvoir ensuite faire des blagues avec les différents personnages. C’est la même chose en impro. Les improvisateurs s’emploient d’abord à créer un univers, une histoire, pour ensuite « balancer des grosses vannes ». Il est facile d’enchaîner blagues sur blagues, il est bien plus dur de construire une histoire pour ensuite les placer au bon moment.

Comment se passe un entraînement d’impro ?

Les improvisateurs considèrent ces entraînements comme un laboratoire, où ils peuvent essayer des choses sans le regard d’un public. Leur but est de se mettre en difficulté pour voir comment ils réagissent sous la pression. La spontanéité et certains automatismes sont travaillés, afin de se sentir de plus en plus à l’aise face à l’improvisation.

Quel est la part d’improvisation dans la vie de tous les jours ?

Pour Éric et Adrien, l’improvisation les aide dans leur vie de tous les jours. Adrien n’hésite pas à affirmer que « sans l’impro dans la vie courante, on est mort ! » Il raconte que dans le cadre de ses études (à la Haute école de travail social), l’impro l’aide énormément parce que dans le domaine du social, les situations qu’il doit gérer ne sont pas tout le temps théoriquement approchables. Il doit faire preuve débrouillardise et c’est là que l’impro constitue un plus. Éric met lui en avant le fait que l’impro aide à avoir confiance en soi, ce qui est un acquis essentiel dans la vie de tous les jours. Pour Marie, en tant qu’institutrice, il est plus difficile pour elle d’utiliser ses talents d’improvisatrice sur ses élèves. Mais les enfants sont sûrement un public plus exigeant qu’un public de spectateur.

Les improvisateurs nous expliquent que, même lorsqu’ils sont entre eux dans à des soirées ou d’autres moments hors compétition, ils utilisent l’impro très souvent et se tapent des barres, « mais si tu n’es pas un fan d’impro, on peut vite être relou ». Cela nous fait dire que le talent d’improvisateur ne peut pas être simplement « laissé au vestiaire après la performance », il accompagne ses adeptes dans la vie de tous les jours.

Adrien le reconnaît « vivre de l’impro serait génial ». Son objectif serait de mélanger théâtre et impro dans un métier, à l’image de ce que propose la Compagnie Caméléon, dans des ateliers pour les jeunes ou pour les entreprises. Mais pour l’instant, il reste quelques matches importants avant la fin de l’année, ainsi que l’organisation du Mondial d’impro à Genève en 2018, bref, il y a encore du pain sur la planche.

Plus d’info :

– Site officiel de la Fédération d’impro genevoise (FIG)

Le Bouquet, ligue d’improvisation expérimentale

Propos recueillis par Téo Verhoeven et Clément Bourdin

Tags sur cette publication
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.