À voir absolument !

Un coup de foudre entre un crabe et une truffe. A priori, cela surprend. Pourtant, malgré leur invisibilité, les odeurs sont liées aux émotions. Si l’on songe à l’opuscule Le Parfum de Süskind, la fascination entretenue par Jean Baptiste Grenouille est incommensurable (maladive, même). Sans toutefois s’être senti parcouru d’irréfrénables pulsions meurtrières, qui ne s’est jamais ému en humant un parfum – celui de la forêt après la pluie, de son premier amour ou de la tarte sortant du four ? Autant de madeleines de Proust qui rappellent à nous des souvenirs enfouis, et ce, presque instantanément. Cela tient en trois mots : odorat, désir et mémoire.

Après Rebelle (2012) et La Cité (2010), deux de ses quatre longs-métrages de fiction, Kim Nguyen propose un documentaire qui met à l’honneur un sens bien souvent négligé. L’Odorat, c’est une rencontre entre douze individus qui, en partageant leur expérience intime des odeurs, nous invitent à découvrir des microcosmes poétiques, scientifiques, culinaires ou encore mystiques. Alors que Yu Hui Tseng, maître de cérémonie du thé, identifie les senteurs du monde avec une déconcertante précision, Olivier Roellinger, chef et compositeur d’épices, raconte l’envie de capturer l’odeur des vents qui se mêle à celle de la mer bretonne. L’Odorat, c’est aussi un voyage qui nous emmène du Canada, terre natale du réalisateur, au Maroc, dans l’Anti-Atlas, à la rencontre d’un cueilleur de safran.

Un documentaire singulier, drôle, touchant, qui répondra à la question de l’incompatibilité olfactive par exemple, ou encore à celle de la mystérieuse odeur de l’espace. L’esthétique sobre et élégante ravira les pupilles.

L’Odorat est à découvrir dès le 12 mai au Cinélux à 18 h 30. À l’occasion de la première, vous pourrez rencontrer S. Alary (aromaticienne) et J. Masraff (parfumeur) !

 

CINÉLUX,
Boulevard St-Georges 8
1205 Genève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *