Un huis-clos de non-dits

Le collectif JAM (Jeunes Artistes de Musical) présentera sa première création au Théâtre de la Voirie à Pully du 27 au 29 août sur la thématique du coming-out, des relations amicales et des faces cachées qui les composent. 

Un désir de s’affranchir des comédies musicales francophones traditionnelles

Ce collectif fondé il y a maintenant une année a pour volonté de s’affranchir de l’image des comédies musicales françaises traditionnelles qui souffrent d’une mauvaise réputation. Les membres du collectif souhaitent se détacher du terme « comédie musicale » et préfère le terme « en musical » dans l’espoir de se défaire de l’image qui lui est associée. Issus principalement du Conservatoire de Lausanne en formation comédie musicale, les membres du collectif veulent défendre la comédie musicale qu’ils aiment, inspirée des comédies anglophones où la dimension théâtrale a toute son importance. 

Vers des relations plus authentiques

Kintsugi nous emmène en week-end familial où Juliette décide de réunir ses ami·e·s pour des festivités. Chacun·e se retrouve face aux volontés et défis qui les constituent et forment leurs relations. Ce spectacle revient avant tout sur les liens qui unissent les amitiés, que ce soit par leurs forces, faiblesses et contradictions. Il met à la lumière les difficultés de s’exprimer sur des sujets qui nous sont sensibles et qui, pourtant, devraient pouvoir émerger sans préoccupations dans ces espaces intimistes. 

À la lumière du Kintsugi, art japonais qui consiste à réparer des objets en céramique ou porcelaine à l’aide de saupoudrée d’or, ce spectacle dévoile avec tendresse et colère les faces cachées des amitiés qui, toutefois, lorsqu’elles sont révélées et acceptées, ne font que renforcer les liens qui les assemblent. Le Kintsugi image à merveille ce huis-clos ; les fêlures reconstituées viennent sublimer l’intensité des relations, ces dernières devenant ainsi plus authentiques. 

Ce spectacle de 50 minutes s’est d’abord construit au travers d’un projet développé par Aubane Guex, comédienne que l’on retrouve dans le rôle de Juliette, personnage qui cherche tant bien que mal à trouver un moyen de prendre la parole sur ce qui la concerne. Le spectacle s’est par la suite redéfini à travers les improvisations et propositions des comédien·ne·s, dans l’idée de reconstruire la pièce initiale. La metteuse en scène Clarina Sierro, son assistant Hugo Braillard et les cinq acteurs·trice·s ont voulu renverser la proposition initiale dans l’idée d’approfondir les dynamiques de groupe à l’image de la complexité des relations sociales. À noter que les différents morceaux du spectacle sont des compositions originales réalisées particulièrement pour Kintsugi par Robin Bartholini.

Les futures représentations sont complètes, mais vous pouvez retrouver le collectif JAM sur Instagram pour suivre leurs prochaines activités.

Tags sur cette publication
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.