Wicked Game Gravitation

Extrait du vidéo clip Wicked Game interprété par Chris Isaak

La septième édition du festival « C’est déjà demain » mélange théâtre, danse, performance et musique. Un programme pluridisciplinaire se déroulant au Théâtre du Loup et à la Gravière: entre représentations, découvertes et surtout talents locaux à ne pas manquer, cette nouvelle édition amène une touche de fraîcheur avec l’arrivée des beaux jours. Du 12 au 14 avril, le festival « C’est déjà demain » propose au public de découvrir pendant trois soirées des coups d’essais pluridisciplinaires, inédits et originaux. Des représentations théâtrales, des concerts mais aussi des performances musicales seront au rendez-vous. Trois jours d’immersions uniques, entre le Théâtre du Loup et La Gravière.

C’est à cette occasion que nous avons rencontré Anaïs Wenger, artiste plasticienne née en 1991. Elle vit à Genève, où elle a obtenu un master en arts visuel à la HEAD en juin 2017. Son travail explore sous diverses formes le potentiel narratif des situations dans lesquelles il s’insère. Fascinée par la spectacularisation du réel et la promesse de l’Art de capturer et partager des expériences esthétiques, ses recherches questionnent le rôle de divers objets culturels dans la construction d’identités communes et interpersonnelles. Prétendant ne jamais substituer une expérience à sa représentation afin de donner à ses récepteurs le potentiel d’en devenir les dépositaires, les situations qu’elle génère intègrent à l’échelle 1:1 la présence du publique en questionnant l’appropriation de paysages géographiques, sociaux, historiques et parfois, économiques.

L’été 2017 touche à sa fin lorsque Anaïs Wenger répond à l’appel à projet du CDD.7. Fascinée par Chris Isaak et sa chanson Wicked Game, figure de crooner qui semble victime de la sensibilité qui a contribué à son succès, le chanteur incarne une certaine idée de la nostalgie. En plus de ses nombreuses contributions cinématographiques (Twin Peaks, Blue Velvet, Sailor & Lula, True Romance… autant de films qui appellent aux grands espaces américains), on se souvient surtout de ses éternelles chansons d’amours déçues. Avec Wicked Game, il chante la fatalité qui s’attaque aux sentiments les plus nobles.
Elle propose alors une performance musicale autour du chanteur. Son projet est sélectionné et sera présenté quelques mois plus tard dans la grande salle de La Gravière, parmi les autres représentations artistiques c’est l’unique performance qui aura lieu dans le club genevois.

Telle une enquête, ce « docu-performance » se construit petit à petit, Anaïs Wenger s’attache à la construction de la fiction à partir du réel, elle implique la personne qui prend la parole à travers son propre prisme afin de lier leur deux envies.
A travers cette énième interprétation – Wicked game est sans doute l’une des chansons la plus reprise de tous les temps – elle joue sur l’ambiguïté, et questionne sur « le rôle d’un objet culturel choisi dans la construction de nos identités communes et interpersonnelles. » L’artiste poursuit, « c’est fou de voir comment quelques notes vont réussir à faire surgir un univers mental, similaire chez pas mal de gens ».  Cette répétition des codes, l’artiste l’envisage également dans le lieu qui accueille sa performance, une boite de nuit dans laquelle les gens se retrouvent, ils y sont souvent réunis pour rencontrer des gens, un scénario sous forme de « phrases d’accroche type pour la séduction » peut alors s’imaginer. À l’aide une sélection d’edit, un DJ (résident des lieux qui accueille la performance) délivre sa propre vision de la musique et du clubbing, le processus de répétition et d’appropriation est également abordé via son interprétation.

Son travail tend désormais à se rapprocher de plus en plus de la performance, l’artiste souhaite inclure le spectateur dans l’histoire qui lui est présenté, et remet de l’émotion au cœur des choses qui peuvent être perçues comme « un peu conceptuel ».

La performance aura lieu vendredi soir à 20h30 dans la grande salle de La Gravière.

Toutes les infos liées au festival sont à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *