Soutien à l’Usine – Le Zoo

crédits: Noémie

« Le Zoo est un endroit ouvert à tous et à toutes, sans préjugés et sans dress code. L’association marche de manière horizontale, où toutes les décisions sont prises de manière égale. Le Zoo est autonome, non subventionné, et tous les fonds reçus sont directement réinjectés dans la programmation qui vise principalement la musique électronique en tous genres.

Personnellement, j’ai énormément appris en travaillant et aidant bénévolement dans cette salle. J’étais très souvent poussé à tester, bidouiller, créer, en touchant à tous les domaines, que ce soit la lumière, le son, l’aménagement de la salle, etc. Musicalement parlant, je produis et je propose des soirées drum’n’bass et Jungle, et c’est au Zoo, entre autre, que j’ai développé ma passion pour cette musique. C’est une salle qui se prête très bien à ce genre de musique.

En ce qui concerne la sélection des artistes, j’essaie toujours de trouver un bon compromis entre tête d’affiches et les artistes locaux. Je vois avec mes années de travail dans ce lieu que la plupart d’entre eux apprécie énormément l’accueil et la salle et repartent toujours très satisfaits.

Pour la programmation, je suis toujours ouvert à la découverte, à l’écoute d’anciens autant que de nouveaux artistes. Je collectionne énormément de vinyles de Jungle et de drum’n’bass, et cela me permet d’être plus sensible à la discographie des différents artistes. Je suis hyper attentif à cette musique, même personnellement j’essaye toujours d’expérimenter de mon côté.

Mise à part la drum’n’bass, j’ai eu la chance en tant que spectateur lambda, de découvrir une grande diversité de styles musicaux durant les soirées proposées par le Zoo. Elles m’ont énormément apporté dans mes inspirations musicales. » –  DSER

« Le Zoo a été le premier endroit où j’ai commencé à sortir. À l’époque, on pouvait encore entrer à 16 ans et mon éveil à la musique électronique s’est donc fait grâce à cela. Il y avait les soirées Zoom qui passaient de la minimal, de la techno et c’était le seul endroit où je pouvais aller écouter ça. Un autre élément qui a fait que j’ai pu entrer dans ces soirées c’est le prix. Le Zoo est un des seuls endroits à Genève où les prix des entrées et des boissons au bar sont vraiment bas.

En plus, ce lieu ramène beaucoup de monde ce qui fait qu’il y a moins de gens qui glandent dans la rue. Personnellement, quand j’ai commencé à sortir, si cet endroit n’avait pas existé, j’aurais passé mes soirées dans la rue et dans les bars. A la place, j’ai pu me familiariser à la culture club, apprendre ce que c’est un Dj set, ce que c’est une grosse line up et rencontrer des artistes et des gens d’autres pays. J’ai pu découvrir Ben Klock, qui est maintenant une super star. Il y a eu aussi Skream que j’ai pu voir dans la première moitié de sa carrière, avant qu’il soit dans tous les festivals. Souvent c’est des artistes qui ont déjà une certaine notoriété mais pas forcément au niveau médiatique, mais plus dans le milieu. Je pense qu’au point de vue de l’éducation, ce lieu joue un rôle important. Il donne la possibilité, à ceux qui veulent découvrir des choses qu’ils ne connaissent pas, de découvrir une musique que d’autres lieux ne programment pas forcément.

A l’époque, je connaissais seulement le Zoo et le Milk, qui n’a pas duré longtemps. Il y avait aussi le Shark d’Artamis qui était un endroit mythique surtout pour les afters, mais qui a disparu aussi. Maintenant, il y a le Zoo, le Motel Campo et la Gravière. L’existence de ces lieux est primordiale pour continuer à avoir une offre culturelle si diversifiée à Genève. Il existe comme deux pôles culturels dans la musique dans cette ville : l’un plus conventionnel (certains diront bourgeois), l’autre plus alternatif, qui prend plus de risques parfois. Si j’aime la musique classique je vais au Victoria Hall, si j’aime la musique électronique je vais au Zoo ou au Motel… Cette variété me semble essentielle pour l’éveil musical des jeunes. » – Elias, 21 ans

      spoutnik       makhno-001       kalvingrad       theatreusine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *