135 GAZZETTA: entre humour et absurde

© Little Tumtitu

A l’occasion de la sortie du premier volume de son magazine, EPIC part à la rencontre de Roman, jeune créateur d’histoires connu sous le pseudonyme de 135 Gazzetta. Il nous parle de son amour pour les arts, de ses premiers pas en tant que dessinateur et de ses projets d’avenir.

Dès son plus jeune âge, Roman se passionne à raconter des histoires et commence à dessiner avec son frère. Puis, c’est avec un copain d’école qu’il va se mettre à parodier certains films comme Star Wars. Polyvalent, il s’intéresse également à la musique, au cinéma, au graffiti et à la culture qui en découle. C’est pourtant dans le dessin qu’il va trouver un moyen d’expression.

Après une formation à la Haute École d’Art et de Design en communication visuelle, il décide de se réorienter professionnellement. Son but: donner des cours d’arts visuels à l’école primaire.

© 2019, 135 GAZZETTA n°1

Comment est né cette idée de projet?

Roman: Le projet est né d’une envie de non censure, ou plutôt d’un désir de faire ce que je veux sans attendre une validation de mes proches et des gens en général. C’est un projet personnel dans lequel j’ai voulu mettre toutes les références qui m’ont inspirées, que ça soit la musique, le cinéma, la photographie etc… 

Justement, quelles sont tes références artistiques? Tes influences?

R. : Il y en a pas beaucoup dans la bande dessinée (rire)! Mais disons que pour ce projet, je me suis inspiré du programme TV « H » ou encore de l’humour de François l’Embrouille et de certaines séries, comme « The Wire » ou « Gomorra ». L’humour noir et les personnages iconiques des bandes dessinées de Joan Cornellà, certains films comme « Pour une poignée de dollars en plus  » de Sergio Leone et la saga de Bruce Lee m’ont également influencé. 

© 2019, 135 GAZZETTA n°1

Pourquoi avoir choisi « 135 Gazzetta » comme pseudonyme et comme titre de ce premier volume?

R: Au début, c’était plus un délire. Il fallait que je trouve un nom. À la base La Gazzetta dello Sport est un quotidien sportif italien, un peu comme La Tribune de Genève, mais uniquement consacrée au sport. Je trouvais que « Gazzetta » c’était cool, mais il manquait un truc. Comme dans ce projet je parle assez ouvertement de la violence et de la drogue, j’ai regardé dans le Code pénal suisse et il se trouve que l’article 135 met l’accent sur la censure par rapport à la représentation de la violence.

Quelles sont tes projets pour la suite?

R: J’aimerai continuer à écrire des histoires et enrichir un peu le truc. Sur un court terme, l’idée est de sortir le volume 2. Sur du long terme, je voudrais créer un “magazine de partage” où je mélangerais mes histoires à celles de mes proches. Ce serait un magazine qui sortirait régulièrement, style Picsou Magazine, dont je me suis d’ailleurs beaucoup inspiré pour le format. Et puis, éventuellement, faire de l’animation et créer un format un peu plus comme “Cartoon Network”.

Pour vous procurer le magazine et suivre les aventures de 135 Gazzetta: Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.