Globale Locale : que la nuit soit longue

Le temps d’un week-end prolongé, plusieurs acteurs culturels genevois allient leurs forces et leurs programmations afin de mettre en avant les artistes musicaux locaux. Léo, membre de la Commission événementielle du Terreau et un des organisateurs du festival Globale Locale, nous décrit le déroulement de ce week-end.

Le projet fait suite à l’appel du programmateur du Zoo, George. Pour Léo, « c’est bien au Zoo que revient le mérite d’avoir donné l’impulsion pour ce festival » : son but était de contacter lieux culturels genevois pour organiser des soirées avec exclusivement des artistes locaux. « Souvent, les lieux qui décident de programmer du local un soir sont défavorisés par rapport à d’autres lieux qui programment des têtes d’affiche qui attirent du monde » explique Léo. En engageant le plus de salles de concert à jouer la carte du local le même soir, les initiant.e.s du projet espèrent instaurer une sorte d’esprit de solidarité entre les lieux. Lors de cette première édition de la Globale Locale, pas de grosses têtes d’affiche qui drainent tous les publics, mais bien une programmation locale et horizontale qui permet d’offrir une plus grande visibilité à des artistes locaux.

De nombreux lieux ont été contactés pour participer à ce projet. La seule contrainte : programmer du local. Au total, ce sont 15 lieux qui participent au festival : La Makhno / Le RezLe Zoo / Urgence Disk / La Gravière / Le Chat Noir / Central Station / Le Decibell / Le Terreau / Motel Campo / L’Audio / Champmeslé / La Fonderie Kugler / PTR / L’Undertown. « Les programmations sont disparates, on a beaucoup de lives, certains lieux programment les deux soirs le même genre de musique, d’autres non, certains participent que le vendredi ou que le samedi, d’autres les deux jours », précise Léo.

Concrètement, la Globale locale s’étalera sur quatre jours, du jeudi 29 novembre au dimanche 2 décembre et mettra en avant principalement des artistes issus de la scène genevoise. Deux soirées « off », jeudi et dimanche, et deux soirs principaux, vendredi et samedi. L’entrée pour un lieu est de 10 CHF (prix libre si c’est un bar), tous les lieux pour un soir coûte 15 CHF, et le pass pour tous les lieux pour les deux soirs coûte 25 CHF. « En programmant local, certaines salles ont en plus pu baisser leurs coûts de programmation, ce qui permet d’avoir un prix relativement peu élevé pour accéder à tous les lieux participant à la Globale Locale » raconte Léo. Et il y en aura pour tous les goûts : hip hop, rock psyché, house, disco, électro, punk, techno, drum and bass. Pour s’y retrouver, l’organisation du festival propose des circuits pour naviguer de lieux en lieux à travers la ville. « On veut encourager les gens à bouger entre les différents lieux et à découvrir des endroits où ils ne vont moins d’habitude » souligne Léo. Plusieurs itinéraires incluant tous les lieux du festival sont donc suggérés.

Vendredi 30 :

1) Breaks to kick : départ à Urgence Disk pour du free jazz, passage au Central Station pour de l’électro et direction le Zoo pour de la techno industrielle live.

2) Rock to disco : départ de la Makhno avec du rock-funk, passage au Terreau pour du rock psyché, et arrivée à La Gravière pour écouter de la house-disco.

3) Classic Hip hop : On débute au Chat Noir avec du funk hip-hop dancehall, on finit au Decibell avec du tropical.

Samedi 1er :

1) Expeclub : début au Central Station avec de l’électro, la suite c’est à la Fonderie Kugler avec la musique contemporaine et de l’électro acoustique, passage au Zoo pour de la bass et rave music et on se finit avec de la techno (en partie live) au Motel.

2) Punkwave : on commence avec de l’expérimental à Urgence Disk, direction le Terreau pour écouter du bon gros punk et on termine la soirée au Zoo avec du post punk et de la techno.

3) Funky Town : on entame la soirée avec un Soundsystem à la Makhno, puis le Decibell prend le relais avec de funk électro éclectique et on termine à l’Audio avec de la house disco endiablée.

4) Hip hop and dance : première partie de soirée au Chat Noir pour deux Dj set 100% hip-hop, suite et fin à la Gravière avec de la danse hip-hop.

En plus des festivités prévues vendredi et samedi, l’Undertown et la Gravière (entrée libre pour du rap genevois) seront de la partie le jeudi 30, tandis qu’Urgence Disk organise une bourse aux disques le dimanche 2.

« Nous sommes arrivés à proposer une vraie cohérence à travers les différents circuits, cela prouve qu’on est capable de faire un peu dans tous les genres à Genève et avoir une véritable diversité avec des artistes locaux » indique Léo. Cette diversité s’observe déjà tout au long de l’année dans la programmation musicale de beaucoup de lieux culturels genevois. « Il faut continuer à soutenir la diversité dans notre paysage musical local, chaque lieu à sa manière. Je ne dis pas qu’il faut programmer uniquement du local et jamais de têtes d’affiche qui attirent du monde, mais il est important de toujours offrir une variété de style et de concept de soirées ainsi qu’éviter une homogénéisation dans les programmations » selon Léo.

Reste à savoir si le public de la région genevoise répondra présent lors de cette Globale Locale. « C’est une première dans le genre, on en tirera les conclusions en temps voulu » note Léo. Cette première édition permettra ainsi de prendre la température auprès du public et d’imaginer comment animer au mieux les futures soirées genevoises en promouvant nos richesses artistiques locales.

La Globale Locale aura lieu du jeudi 29 novembre au dimanche 2 décembre.

Vendredi et samedi : Entrée pour un lieu 10 CHF | Entrée pour un bar prix libre | Tous les lieux pour un soir 15 CHF | Tous les lieux pour les deux soirs 25 CHF.

Les billets s’achètent en ligne sur la billetterie ou alors directement sur place dans les lieux partenaires le soir même.

Restez en contact grâce à leur site officiel, à l’événement Facebook, ou alors à leur compte Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *