Inauguration d’un nouvel espace d’art indépendant : Espace 3353

Rencontre avec le collectif HOY pour parler de leur nouvel espace d’art indépendant : Espace 3353

Derrière le projet se trouvent Camille Kaiser, Julie Marmet et Vicente Lesser. Provenant des milieux de l’art et des sciences politiques, les trois membres du collectif HOY ne sont pas novices dans la gestion d’un lieu culturel indépendant. En effet, ils ont déjà eu l’opportunité de gérer des espaces comme Hangar 9, le KiosK ou bien encore TOPIC, lieux qui ont accueilli expositions, concerts, discussions et projections. Pour diverses raisons (démolition du lieu ou fin de résidence) ces projets sont restés à court terme.

À la suite de ces expériences enrichissantes, les trois ont voulu collaborer ensemble, cette fois-ci avec l’idée d’établir un projet plus stable et à long terme. Après plusieurs mois de réflexions et de recherches, le fruit de leur travail se trouve aujourd’hui au 9, rue du Tunnel à Carouge, parcelle n°3353 (d’où le nom de l’espace).

Au rez-de-chaussé de ce bâtiment à peine construit, HOY souhaite y amener une « plateforme d’échange et de rencontre », de créer « une communauté de recherche et de réflexion », m’expliquent-ils. Ils proposent d’investir l’espace à travers une programmation déclinée sous forme de cycles thématiques. Pour cette année, le collectif a choisi comme fils conducteurs, l’urbain, la gentrification et la nature en ville. Autre objectif cher aux trois membres: s’étendre au-delà du paysage artistique local en collaborant avec de jeunes artistes d’autres pays, tous médiums inclus.

Ce jeudi 18 octobre, le public aura l’opportunité de découvrir ce nouveau lieu ainsi que sa première exposition, Aujourd’hui pour oublier. Pour cette occasion, le trio propose comme thématique d’ouverture, les utopies urbaines. Thème très présent dans les débats actuels, Vicente souligne l’importance de traiter ce sujet d’une manière positive et constructive. En ce qui concerne l’exposition même, différentes approches et médiums artistiques dialogueront ensemble dans l’espace avec des propositions venant à la fois des architectes du collectif Galta, d’une artiste/chercheuse (Nadia Elamly), d’un plasticien (Reto Müller) et finalement d’un collectif d’artistes (Association contrepoint).

Audelà de la conception des expositions, HOY a décidé d’intégrer dans sa démarche curatoriale des modes alternatifs à la recherche de fonds dite « classique » en s’associant avec des artisans et imprimeurs locaux par exemple. Autre problématique que souhaite relever le collectif est celle de la rémunération des artistes, thématique sur laquelle travaille actuellement Julie dans le cadre de ses études en CCC (Critical Curatorial Cybernetic Studies) à la HEAD. Cette question a notamment été au coeur de plusieurs débats récemment organisés à Genève par Rosa Brux et Wages for Wages Against. En effet, la plupart des organisations artistiques actuellement actives en Suisse ne paient pas systématiquement les artistes.

HOY prend position à son tour  en choisissant de payer ses artistes, un salaire basé sur le barème établi par l’organisation américaine W.A.G.E. Une petite rémunération pour l’instant, qui reste symbolique, mais c’est déjà ça. Camille clôt notre discussion par une question cruciale: « Si une petite structure qui n’a pas beaucoup de fonds arrive à le faire, pourquoi les plus grandes structures n’y parviendraient pas ? ».  À méditer.

Rendez-vous ce jeudi 18 octobre 2018-  Exposition inaugurale Aujourd’hui pour oublier, 9 Rue du Tunnel, Carouge, dès 18h.

Espace 3353

Evénement facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *