La Cie Alias a 20 ans – Elle danse la trilogie « Distância »

A partir de ce lundi 27 octobre, la compagnie Alias présente trois de ses pièces au théâtre Forum Meyrin pour fêter ses 20 ans d’existence (« Antes », « Jetuilnousvousils » et « Sideways Rain »). Voici donc une belle occasion de parler, reparler, ou de découvrir le travail qu’ont mené jusqu’ici les danseurs et le chorégraphe, Guilherme Botelho.

Chaque pièce de la trilogie « Distância » représente une étape de l’évolution humaine et entre parfaitement dans la lignée de sa recherche artistique. Les origines de la vie. Le destin. L’histoire de l’humanité. L’individu et le collectif. Ces questionnements accompagnent la création d’une gestuelle chorégraphique. Parmi ses autres pièces, « Le poids des éponges » (2003) en est l’une des plus représentatives. Pour ce spectacle, Botelho a travaillé un mouvement représentant la nage hors de l’eau, sur le sol du plateau de danse. Travail accompli à la perfection.

« Sideways Rain »

Dans cette pièce, qui fait partie de la trilogie présentée au Forum Meyrin cette année, un flot humain traverse la scène. Il symbolise la vie qui s’écoule, qui se développe. Du reptile à l’Homme ; la vie qui prend forme ; l’Homo Sapiens se redresse et marche. Certains y voient un « ballet de cellules ». Un ballet, car la cadence en est un élément important. Les passages des danseurs sont parfois déréglés par un regard entre deux individus, une suspension, ou encore une chute. La musique, créée par Murcof, renforce l’aspect hypnotique du spectacle par sa répétitivité et sa continuité.

« Jetuilnousvousils »

Ici, on interroge le groupe et sa force. L’attention chorégraphique est portée sur les interactions qui traversent celui-là et sur les mouvements communs qui s’y trouvent. Ce spectacle questionne la place du nous dans une société et une époque individualiste.

« Antes »

Cette troisième pièce est un vrai retour aux sources de l’humanité. Peurs, besoins, désirs initient les mouvements des danseurs. Quant à la nudité, présente du début à la fin, elle thématise l’idée de l’origine toute première de l’Homme.

 

En plus de ces spectacles, un film documentaire d’Olivier Lemaire et Florence Patarets, intitulé « A poil ! », interroge la nudité en danse au XXème siècle. Il sera projeté à 18h45 avant chaque représentation.De même, une performance de projections s’affichera sur les murs du théâtre à la nuit tombante, et un kiosque sera accessible au spectateur curieux. Deux danseurs s’y tiendront à son entière disposition et, actionnés par une petite pièce, feront une danse rien que pour lui. Le but de cette action est de « mettre de la vie dans la danse et du vivant dans la cité ».

 

 

Note personnelle:  Deux choses marquantes dans le travail de la compagnie Alias : la parfaite maîtrise des corps issue d’une recherche chorégraphique pointue, et le défi de faire danser un grand nombre d’interprètes. L’exemple le plus probant serait « Le spectacle du temps », qui a été créé pour le passage de l’an 2000, et qui rassemblait 60 danseurs-euses et 120 figurant-e-s. Bien que les spectacles de la semaine prochaine comprennent un nombre plus modeste de danseurs-euses -14 au maximum- la force du groupe reste.


 

Lien vers l’agenda pour « Antes »« Jetuilnousvousils » –  « Sideways Rain »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.