Morse, le Shaman musical de Romandie !

Mais qui est donc cet artiste au nom énigmatique qui se produira le 19 décembre en première partie de Feng Suave à La Gravière ? EPIC Magazine a rencontré Morse autour d’un chocolat chaud au Café de Grancy à Lausanne. Découverte de ce musicien à la musique organique et exaltante.

C’est un jeune homme qui a grandi à la campagne, sans prédestination à la musique. Et pourtant, c’est très vite qu’il découvre le blues et commence à chanter. En s’initiant tout seul à la pratique d’un instrument, Joel apprend l’harmonica et la guitare. Mécanicien de formation, celui qui deviendra Morse quelques années plus tard décide de revenir à ses premiers amours en se lançant dans un projet de groupe vite avorté. S’en suit un voyage de Master en Californie, une reconnexion avec les paysages et les couleurs que l’on retrouvera dans sa musique. Au retour de cette expérience, beaucoup de choses ont changé: cela pousse l’artiste à lancer son projet solo. 

 

Il y a 3 ans naît Morse, un projet au nom d’animal, « pas trop prétentieux mais représentatif de la nature, du côté sauvage et organique de ma musique », déclare-t-il. C’est alors le début du grand saut, celui de passer outre sa timidité et d’aller chanter sur scène. Son tout premier morceau Shaman sorti en 2017 le propulse en live sur Couleur 3 alors que le projet est à peine ficelé. Perfectionniste et très impliqué, le jeune artiste se plonge dans une phase de composition intense. « Des moments de flash, des retranscriptions de moments précis, d’émotions », nous explique-t-il.

 

Quant au style de sa musique, Morse se dit mélanger tous les styles qui l’ont porté au fil de sa vie. Du blues, du jazz, à l’électronique qu’il a découverte avec l’acquisition de son homestudio au tout début du projet. « Je voulais surtout faire ressortir la puissance et la spontanéité de ma musique avec des instruments traditionnels, mais j’ai découvert que les possibilités de sculpter le son avec des synthés me plaisait, et touchait à mon côté manuel », raconte le musicien. C’est alors au fil du temps que Morse crée son univers et se trouve en tant qu’artiste, un cheminement qu’il dit ne pas avoir encore abouti. « C’est une musique très introspective, de la composition des mélodies aux textes. Elle mélange tout ce que j’aime et tout ce qui me ressemble, de la musique afro-amérique au folk, en passant par le rap. Mais je produis lentement car je me cherche encore », explique Morse.

Avec un petit carnet de morceaux bien étoffé, le jeune artiste a désormais de quoi se produire en live. Pour la première fois à Genève, Morse sera en compagnie de Feng Suave à La Gravière le 19 décembre. L’occasion de découvrir un projet fort et prometteur. Entre mélodies épurées et attitude légèrement kitsch, les morceaux de Morse semblent venir d’un autre continent et nous transportent au cœur d’une nature sauvage et vierge. Tout reste encore à découvrir !

Page SoundCloud

Chaîne YouTube

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.