B77: départ pour le retour vers le futur

C’est l’un des groupes suisses qui s’est exporté à l’étranger, et qui continue d’affoler les playlist internationales. B77, le duo fribourgeois planant et conceptuel a récemment sorti son EP Fleur, et sera en live aux Docks et pour la pré-soirée des Hivernales. EPIC-Magazine est parti à la rencontre de leur musique venue d’ailleurs.

Confrères de Muddy Monk, les fribourgeois profitent encore un peu de leur Romandie natale pour y tourner en concert. Luca et Léopold se sont rencontrés il y a plus de 15 ans, autour d’affinités communes pour le hip-hop. Ils composent alors leurs premières productions, accompagnées de textes rap. En 2012, la page hip-hop du duo, qui deviendra B77 quelques années plus tard, se ferme. Elle laisse place à une nouvelle forme d’appréhender la musique, issue d’inspirations diverses et variées.

Les groupes qu’écoutent Luca et Léopold oscillent entre la pop, l’electro et l’indie. Avec des influences telles que MGMT, Empire of the Sun ou Tame Impala, les jeunes musiciens commencent à composer sur leurs machines, et trient leurs morceaux dans des dossiers qu’ils gardent précieusement dans leurs disques durs.

En viennent alors les premiers morceaux diffusés, et très vite, des passages en radio et des demandes de lives. Face à leur réserve, les amis « bidouillent » un live, gribouillent leurs têtes sur la pochette du premier EP, et dissimulent leurs visages en live sous les images projetées par un beamer. Se développe alors une identité bien propre au groupe, une atmosphère qui réside dans la texture et le grain d’une musique un peu retro, et du visuel qui va avec. B77 aime tout concevoir: des compositions aux images, c’est eux qui créent aussi leurs pochettes d’album. La dernière en date, celle de l’EP Fleur sorti en 2018, fait penser à une vieille tapisserie, un peu retro kitsch, et pourtant terriblement évocatrice de souvenirs d’une époque que l’on aurait presque l’impression d’avoir vécue.

On retrouve dans B77 ce gout pour le lo-fi, l’ancien qui est remis au goût du jour, et qui rappelle les vieux enregistreurs à bandes des années 70, d’où est d’ailleurs tiré le nom du duo fribourgeois. Avec une volonté de faire ressentir des émotions et de nous inviter à leur voyage planant et toujours épuré, nous ne pouvons résister à leur musique hypnotique et sincère.

Si vous souhaitez participer au voyage, il faudra aller voir ce duo en live, qui proposera sa performance artistique en phase avec une musique un peu électro, un peu pop, et un peu vintage.

Rendez-vous aux Docks de Lausanne le 25 janvier et à La Parenthèse à Nyon le 26 janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.