[EPIC OMOT N°3] Spécial Fureur de lire : entre Cabinerie et orties pour les éditions Cousu Mouche

Le coup d’envoi de la Fureur de lire a été donné aujourd’hui entre rencontres, ateliers et performances. Pour l’occasion, les éditions Cousu Mouche nous offre un aperçu de L’altitude des orties, leur prochain roman collectif, dans un EPIC OMOT spécial Fureur de lire.

Il y a quelques mois, l’équipe d’EPIC-Magazine rencontrait Sébastien G. Couture et Jay Louvion dans le cadre d’EDITONS ! Outre le parcours de la maison d’édition genevoise, avait été évoqué le plaisir de se faire rencontrer auteurs.es et lecteurs.trices autour de l’acte d’écrire, ils nous avaient alors parlé de 50 heures pour un roman. Aujourd’hui le roman s’en vient et sera lu par extraits, à deux reprises et par quatre de ces huit auteurs.es samedi 23 novembre à 16h30 et 18h30 .

En quelques mots, d’où provient cette idée folle d’un roman écrit en cabine téléphonique ?

L’envie de mêler les imaginaires, et de voir si l’on pouvait improviser une œuvre collective qui tienne la route.

Comment écrit-on un roman en cinquante heures ? Y a-t-il eu des préparations avant ce marathon d’écriture ?

Nous nous sommes rencontrés.es une heure avant l’entrée dans La Cabinerie. A huit, soit Fred Bocquet, Eric Bulliard, Sébastien G. Couture, Blaise Hofmann, Julie Moulin, Michaël Perruchoud, Bertrand Tappy et Lolvé Tillmanns, nous avons trouvé le début de l’histoire, un ado qui ne se trouve plus dans la voiture sur la route des vacances, et une idée de titre, que nous avons gardé. Mais ceux qui n’écrivaient pas se rencontraient souvent pour faire le point, pour peaufiner des idées. L’imagination fonctionnait autant en dehors que durant les tours d’écriture.

Comment avez-vous géré huit plumes différentes dans un même roman ?

Le travail était de conserver un style commun sans brider l’écriture de chacun, c’était à la fois très libre et très cadré. Et la grande victoire, c’est que chacun a joué le jeu. À tel point que nous ne savons plus vraiment qui a écrit quoi.

Vous serez présent à la Fureur de lire, à quoi devrions-nous nous attendre ?

Des onomatopées, du sexe et des peintures criardes.

Non, nous serons quatre à lire des extraits du livre lors de deux sessions. Ça va nous permettre de donner une nouvelle dimension à ce texte.

Votre EPIC OMOT, il raconte quoi  ?

Le début, premier chapitre du roman. Comment le jeune Virgile est perdu lors du départ en vacances, surtout ses parents.

Pour en entendre plus encore, c’est dans la petite salle du Théâtre Pitoëff que ça se passera à 16h30 et 18h30 le samedi 23 novembre, avec les voix de Lolvé Tillmanns, Michaël Perruchoud, Fred Bocquet et Sébastien G. Couture. Si l’envie de littérature vous prend ce week-end, direction le site de la Fureur de lire. Pour une lecture papier, le rendez-vous est donné au 15 janvier dans toutes librairies.

2 Comments

  • Patrick Moulin dit :

    Bonjour
    Comment peut-on se procurer ce roman à huit mains?
    Et une remarque : dommage que vous n’avez pas indiqué les auteurs de cet ouvrage particulier.
    Bien à vous
    Patrick Moulin

  • Sarah Benninghoff dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre commentaire.
    L’information est sortie depuis peu. Le roman sera disponible en librairie le 15 janvier prochain et ça vaut la peine !
    Les huit auteurs.es du texte sont Fred Bocquet, Eric Bulliard, Sébastien G. Couture, Blaise Hofmann, Julie Moulin, Michaël Perruchoud, Bertrand Tappy et Lolvé Tillmanns, et ils ont bien fait leur travail puisque leur langue personnel se rencontre pour en donner une, celle de « L’altitude des orties ».

    Bien à vous aussi,
    Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.