La Bande J met Richter à l’honneur

Crédit : Aline Zandona

La chorégraphe et pédagogue Evelyne Castellino met en scène avec Lino Eden la pièce 7 Secondes (in God we trust) de Falk Richter à La Parfumerie. Rencontre à l’occasion de cette pièce interprétée par la compagnie Acrylique junior, la Bande J.

Sept ans après Electronic City, la Bande J retrouve l’auteur allemand Falk Richter pour une critique acerbe de la société américaine. L’auteur, marqué par la désillusion politique, livre avec 7 secondes un « coup de poing » contre la politique occidentale du début des années 2000. Un auteur qu’affectionne tout particulièrement Evelyne Castellino, fondatrice de la compagnie 100% Acrylique: « Son style et sa manière de parler de notre monde me séduit dans chacun de ses textes. Il dénonce les dérives du capitalisme. »

7 secondes nous livre l’histoire d’un bombardier américain, un héros et père de famille larguant des bombes avec une obéissance et un automatisme assourdissant. Au même moment, dans le fond des États-Unis, sa famille, fière de leur père, leur héros, prépare un pique-nique et engloutit des donuts. « Même si cela n’est jamais dit, la pièce se réfère clairement à l’époque de Bush lors de la guerre en Irak », précise la metteuse en scène, « mais elle est totalement transposable à la situation actuelle ». La figure du héros est ici l’homme qui obéit aux ordres, celui qui croit en la mission civilisatrice de la guerre et remercie Dieu chaque jour de combattre du « bon côté ».

Deux atmosphères contrastées voire même contradictoires seront donc au cœur de 7 secondes. Confronter deux mondes opposés pour dénoncer un conformisme et un conditionnement. « On a porté une attention particulière à la lumière et à la musique pour mettre la thématique de l’obéissance au centre de cette pièce », explique Lino Eden.

La compagnie junior de 100% Acrylique

La Bande J, c’est 15 jeunes, entre 17 et 21 ans passionnés de théâtre et amoureux du mouvement. « On voulait proposer autre chose qu’une pièce dite pour les ados et sortir de cet autocentrisme „mode“ », dit Evelyne Castellino, « on souhaite, avec 7 secondes, parler du monde dans lequel on vit. Chaque interprète a sa part dans cette pièce. Pas de vedettariat dans la troupe ! »

« Transposer cette pièce sans distribution, la faire jouer par notre troupe de 15 jeunes, a été un des grands défis de cette création. Le nombre sur scène amène quelque chose de jouissif. Ces 15 jeunes s’engagent à fond et cela a été un vrai cadeau de travailler avec eux. », conclut la chorégraphe.

Rendez-vous du 3 au 12 mai à la Parfumerie pour découvrir cette nouvelle pièce, à voir absolument !
Toutes les infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.