La bibliothèque sonore des femmes s’empare du festival Les Créatives

Graphisme : Mélanie Herrmann & Sonia Gonzalez

Évènement incontournable de cet automne, le festival Les Créatives s’apprêtent à faire de  la cité de Calvin un haut lieu d’échange, de rencontre, de débats et de concerts, avec pour fil rouge, le féminin et le féminisme. 12 jours durant, Genève, ses communes environnantes, Morges et Lausanne accueilleront une programmation pointue.

Anne-Claire Adet et Dominique Rovini reprennent la direction du festival qui entame – déjà – sa 14e édition. La volonté du duo est limpide : permettre au public de se constituer des références, des modèles et des inspirations féminines.
Pour se faire, le festival propose un tour d’horizon des personnalités qui se démarquent par leurs engagements respectifs, de Mona Chollet à Anne Sylvestre, en passant par Elisa Shua Dusapin et Neneh Cherry, le public est invité à des concerts, des rencontres, des performances et même à se réapproprier l’espace public lors de l’évènement : La rue est à nous toutes.

Lumière sur : La Bibliothèque sonore des femmes – Mis en scène par Julie Gilbert avec la complicité de Frédéric Choffat.

Autrice, scénariste et réalisatrice, Julie Gilbert s’interroge sur la pensée au féminin depuis de nombreuses années. En 2010, elle présentait Sexy Girls, une performance déroutante entre spectateur et acteur. Au moyen d’un téléphone portable, des femmes, escort girl ou mères de famille, se mettent à nu et parlent de leur sex toys, de leurs ambitions et de la peur de se faire violer. Elle réalise également plusieurs longs-métrages, L’amour avant la guerre, les enfants d’Heracles (d’après Euriphide) et récemment My little one actuellement en post production.
Rien d’étonnant lorsqu’on découvre son dernier travail : La bibliothèque sonore des femmes.

« L’envie de renforcer notre héritage au féminin, de refaire résonner des noms connus ou inconnus pour qu’ils finissent par s’inscrire dans notre corpus collectif dans notre mémoire collective »

L’installation – désormais itinérante après un passage remarqué au cœur de la magnifique Maison de la Littérature de Rousseau – nous invite à la réflexion : combien de femmes avons-nous étudiées dans notre scolarité ?  Les connaissons-nous vraiment ?
A l’aide de téléphone fixe, les spectateurs sont invités à entrer en contact avec des artistes disparues. Parmi elles, Simone de Beauvoir, Olympe de Gouges, Paulette Nardal ou encore Françoise Héritier reprennent vie grâce aux voix de plusieurs comédiennes. Le résultat nous pousse dans nos retranchements, et pour cela, il est immanquable.

La bibliothèque sonore des femmes sera en place du 13 au 25 novembre à la librairie Livresse
Retrouvez toutes les informations relatives au festival Les créatives sur le site internet ici .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *