Pénétrer dans les coulisses des Résiliences sonores à Bongo Joe

Grand ouf de soulagement pour la culture : la majorité des lieux peuvent ouvrir à nouveau à partir du 6 juin ! Une annonce bienvenue pour les artistes et acteur.trice.s culturel.le.s. Alors que les lieux ont dû rester portes closes plusieurs mois, ils étaient tout de même présents en ligne avec de nouvelles initiatives. C’est le cas du projet Résiliences sonores. Focus sur Bongo Joe.

Vous avez déjà pu admirer les coulisses des Résiliences sonores au Zoo ou à la Gravière. EPIC t’emmène ici voir ce qu’il se passe derrière la caméra de Bongo Joe. Même si le lieu est partiellement ouvert depuis quelques semaines déjà, le disquaire de la place des Augustins continue de faire des live-stream, les lundis et mercredis. Les différents Dj sets et lives sont retransmis en direct sur les réseaux sociaux des trois lieux à l’initiative du projet.

Pour en savoir plus sur l’évolution du projet, EPIC a posé trois questions à l’équipe :

Votre participation au projet a évolué depuis le début avec le format ONCE UPON A LIVE, vous pouvez nous en dire plus à ce sujet ? Pourquoi avoir proposé cette nouvelle approche ?

Depuis le lancement des Résiliences Sonores, nous nous sommes efforcés d’offrir un espace pour toutes les personnes qui ont perdu leur moyen d’expression avec cette histoire d’épidémie. Ça a pris la forme de « DJ set » ou plutôt d’une plage d’écoute musicale. Car notre objectif à Bongo Joe était de dépasser le simple cercle des DJs et offrir une place aux programmateur.trice.s de salles, de festivals, et aussi aux musicien.ne.s ou artistes en tout genre. Mais beaucoup d’entre eux.elles n’avaient pas forcément envie de passer de la musique, mais plutôt de la faire en live ! Cette série « Once Upon A Live » intervient comme un prolongement de notre volonté d’être le plus large possible et permettre aux musicien.ne.s de participer.

Quels retours avez-vous reçu des artistes face au projet Résiliences Sonores ?

De manière générale, ces Résiliences ont offert une fenêtre de liberté dans cette période un peu compliquée. De toutes les personnes passées derrière nos platines c’est ce qui revient le plus : ce petit moment d’évasion, cette pause dans le temps. Passer de la musique « seul.e » (on est toujours deux personnes pour l’accueil et la technique) devant une caméra peut être un exercice stressant et bizarre, mais les angoisses s’envolent dès le premier morceau ! Ne restent plus que le partage et la bonne musique !

Contrairement au Zoo ou à la Gravière, vous avez repris une partie de vos activités. Comment cela se passe pour vous ?

Nous avons rouvert le 12 mai (enfin !). On a donc refondu le programme. Comme nous sommes fermés le lundi, on a décidé de consacrer cette journée à des Résiliences « classiques » avec passage de musique dans l’après-midi avec deux ou trois personnes par session. Et donc les mercredi soirs on fait cette série de lives. On attend que les derniers diggers soient parti.e.s, on installe, soundcheck et en avant la musique !

Pour soutenir le projet et les différentes artistes : https://paypal.me/resiliencessonores

Crédit photos : Timon Bachmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.