Rituel techno du mercredi : dernière danse

Deux djs et producteurs genevois amènent depuis quelques années la techno en dehors du vendredi et samedi soir. Nemelka et Strb un « vieux couple qui a décidé de collaborer dans un projet commun vu les affinités » nous expliquent les Wed.Techno, dont l’avant dernière a lieu ce mercredi, à la Makhno.

D’où vient ce projet ? Qu’est-ce que les Wed Techno ?

On peut voir le début de ces soirées, il y a 5 ans, comme une suite, un hommage à la fin d’une autre aventure, les MonTech (Montag Techno). Ces soirées avaient lieux trois lundis par mois au SO36, un club mythique Berlinois basé sur la Oranienstrasse à Kreuzberg. DJ Flush, patron du label Killekill et organisateur du Krake Festival en a été l’instigateur. On l’a invité à jouer à plusieurs reprises bien sûr !

Excepté le jour, ces soirées ont-elles des particularités ?

La première année, c’est avec le soutien de Nemo, qui gère aujourd’hui le record shop Sound Metaphors, et Adrien, connu sous différents pseudonymes tel DJ Laxxiste A, que les soirées ont pris place tous les deux mois à la Makhno. Le concept était simple : Oram Modular et Strb, entrée gratuite, une salle sombre, stroboscopes, fumée en fond, et des sets house to techno.

Après l’arrivée de Nemelka qui a su redonner une nouvelle énergie dans l’organisation des soirées, ça a pris plus d’ampleur, on a commencé à se déplacer à La Graviere, car le besoin d’une plus grande salle s’est fait ressentir. Le projet a alors évolué et l’idée était dorénavant de rendre ces soirées itinérantes, investir d’autres clubs genevois dans lesquels nous pourrions changer de contexte tout en respectant la ligne directrice du projet. On a donc aussi pu collaborer avec le Zoo et le Motel Campo.

Les Wed techno sont des événements que l’on veut rendre accessible à toutes et tous par son prix d’entrée, le plus bas possible ou gratuit. Durant une année, nous avons décidé de ne plus annoncer le line up, pour remettre au centre de l’attention la musique et le cadre, quel que soit la renommée des artistes, tête d’affiche des plus gros festivals internationaux ou dj local inconnu du public. Le descriptif était simple :

« The only thing you need to know is RAW TECHNO »

On a également essayé de privilégier la diversité en ne ‘bookant’ jamais deux fois le même dj, afin de promouvoir la scène locale au mieux, et de garder le challenge de découvrir de nouveaux artistes pour constituer des line-up cohérents d’une soirée à l’autre.

En quoi les Wed.Techno se démarquent des autres soirées techno à Genève ?

Tu es déjà allée un mercredi soir dans une soirée techno à Genève ? 🙂

Mis à part l’originalité du jour, c’est un thème. Une grille devant le dj booth, une scénographie minimaliste très dark, de la cellophane noire sur les murs et beaucoup beaucoup de fumée. Une atmosphère digne du Trésor, à ne plus se voir les mains sur un beat répétitif et industriel. Le son, l’immersion, et de la techno de qualité.

Pourquoi les arrêtez-vous ?

Peut-être parce que simplement, comme toute bonne soirée, il y a un moment ou il faut que ça s’arrête non ?
Plus sérieusement, il y a cinq ans quand les soirées ont commencé, la musique électronique à Genève était beaucoup plus orientée ‘minimale’ ou ‘tech’house’. Il y avait peu de « vraies » soirées techno à Genève, et seulement le weekend. Comme beaucoup de monde, on a ressenti le besoin de retrouver un nouveau souffle dans ce cadre un peu trop convenu et formaté.  Puis il y a eu de plus en plus de raves à Genève, et en même temps la scène internationale s’est relancée à travers l’esprit de la techno des années 90s. Comme quoi on s’est pas trompé, et aujourd’hui l’offre est énorme, et c’est super ! Mais en tant que promoteurs externes, cela devient tout de même compliqué pour nous de trouver notre place au milieu de cette jungle.
Ces dernières années, de nombreux collectifs comme Oram Modular, L’Hameçon, Rudel Bums, 5ENS, l’équipe Galva et beaucoup d’autres ont mis en avant la scène locale dans un cadre bien underground, en dehors des structures habituelles, et on est super content de ce renouveau, et cette énergie qu’ils apportent!
Les Wed Techno, ça reste un projet éphémère, la scène évolue très rapidement et on a le feeling que c’est le bon moment pour s’arrêter !


Oxfe sera présent lors de cette avant dernière Wed.Techno !

Est-ce qu’il y aura des événements particuliers lors de ces closing ?

Pour ces trois soirées de closing, on a choisi les trois lieux qui nous ont le plus marqué depuis le début. La première a déjà eu lieu à La Gravière le 24 octobre. La prochaine sera à La Makhno le 28 novembre. Et la toute dernière soirée le 26 décembre, qui sera également l’anniversaire des 5 ans des Wed techno, aura lieu au premier étage de l’Usine, sur 2 floors, Zoo et Makhno, de 22H a 8H, avec comme invité d’honneur Perc qui fera un set de 3H, et surtout le tout dernier closing…. La fin des Wed’ Techno! FOREVEEEEER

Ils ont joué aux Wed Techno:

A Friend, Albert & Hoffmann, Aloyn, Ben Def, BKR, Bowmore, Claire Morgan, Damian Deroma, Dilling3r, Dimette, DJ Flush, DRVSH, DVS1, EKLPX, Erika, Estebahn, Fall, Grise, Head Return, Inland, Isolated Lines, James Ruskin, Jean Obukovitz, JIMBO/., Joton, L’établi, La Boheme, LAT, ManuHeme, Mark Broom, Mimetic, Nastia Reigel, Nemelka, NH, Nilou, Oktet, Opuswerk, OR/A, Oram Modular, Oxfe, Pastram, Perc, Pfirter, Pi Why, POMPOM, Post Scriptum, Pranava, Radial, Reklok, Se-Te-Ve, Sebastian Kökow, Skudge, SM Sample, Snuffo, Steve Bicknell, STRB, Tarpon, The Chronics, Tissu, VSK, Yàn!, Zenker Brothers.

La prochaine Wed.Techno aura lieu ce mercredi, toutes les infos sur leur event Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *