En vacances avec Rémi Dufay

© DR

Nous avions rencontré Rémi Dufay il y a quelques mois à l’occasion de la Biennale Interstellaire de Genève. Nous le retrouvons aujourd’hui dans le cadre de La Bâtie festival où l’artiste présente sa dernière création, « D’amour et d’eau fraîche », EPIC vous livre sa chronique.

Place Dorcière, Genève. C’est entre les bus qui s’apprêtent à parcourir l’Europe en long, en large et en travers que la création itinérante de Rémi Dufay pour La Bâtie se prépare. Un bus nous attend, destination, la mer.

Cette destination – fictive, permet à plusieurs personnages dont un metteur en scène (joué à merveille par Jean-Daniel Piguet) de s’épancher sur ses doutes, ses engagements en tant qu’artiste et ses choix. C’est à travers ce protagoniste que Dufay entend questionner l’affaissement, « entendu comme le point de bascule où l’on agit pour ses privilèges plutôt que pour ses convictions ».

Quelques rangées de sièges plus loin, deux amies aux caractères opposés se remémorent une époque révolue, font le point sur leurs vies respectives. L’une d’elles (Isabela de Moraes Evangelista) souhaite quitter Genève, cette ville où elle « étouffe », s’ensuit alors un échange qui pourra sembler familier à bon nombre spectateurs. En effet, son amie (Aurore Jecker) ne peut que lui conseiller de rester, après tout, ses études se terminent dans seulement six mois, pourquoi ne pas serrer les dents et aller au bout des choses. Ainsi, se pose la question de l’amitié, quel rôle tient-elle dès lors que nos opinions divergent, et quand, plus encore, elle devient un frein à nos envies profondes.

Burlesque et hybridation

 « D’amour et d’eau fraîche » puise sa force dans le burlesque de chaque situation, le réel et la fiction sont sans cesse remis en question, à tel point que notre rôle de spectateur est lui aussi interrogé.

Au-delà des problématiques centrales que la création de Rémi Dufay soulève, on retrouve ici une hybridation des genres, à la croisée entre le théâtre et la performance qui, lorsque la lumière se rallume, nous laisse avec un sentiment de légèreté et de plénitude. Semblable à l’émotion du retour des vacances.

Retrouvez « D’amour et d’eau fraîche » jusqu’au mercredi 11 septembre. Toutes les informations se trouvent directement ici, sur le site de La Bâtie.
Les représentations affichent complet, toutefois, une liste d’attente est prévue directement sur place.

N’hésitez-pas à vous y rendre, un séjour à la mer ne se refuse pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.