Mirlaqi, la disco house au bout des doigts

Producteur aguerri, auteur de dj sets enflammés et adeptes des remixes, Mirlaqi maîtrise une boule à facette musicale très variée. Membre du collectif genevois Chaleur Cosmique, le jeune musicien a un ancrage très fort dans sa ville d’origine. EPIC-Magazine l’a rencontré à l’occasion de la sortie du preview de son EP à venir en mars 2019.

Il a découvert la house ici, à Genève, avec Androo, l’un des fondateurs du label local Poly Dance. Mirlaqi se lance il y a un peu plus de 4 ans dans la musique électronique avec une fascination pour la puissance de ce style musical et du champ des possibles très large. Passé par des groupes de reggae et de rock, le jeune pianiste et saxophoniste se tourne vers la musique assistée par ordinateur, puis s’équipe de synthétiseurs externes et autres boites à rythme.

Ses inspirations oscillent entre Pink Floyd, « pour le côté deep de leur musique, les inspirations groove et disco qui peuvent facilement se combiner avec la house » et Ron Trent, nous explique le producteur. Ce qu’il aime dans son style de prédilection, c’est l’état d’esprit et l’atmosphère que la house dégage, celle qui la rend compatible avec n’importe quelles influences. Pour Mirlaqi, un goût pour la musique afro se développe au fil des EP, et vient chatouiller l’association de la dimension retro de la disco avec les rythmiques puissantes de la musique ethnique.

Si Mirlaqi commence immédiatement par produire à ses débuts, il élabore vite un dj set agrémentant son répertoire personnel pour pouvoir mixer lors de soirées genevoises. Tout commence à l’époque du Hangar 9, où il se fait repérer par Paolo Wirz qui l’invite à mixer au Bourg à Lausanne. De fil en aiguille, Mirlaqi décroche des pass pour le Mellotron à Paris, mais aussi pour le Motel Campo, le Zoo, et plus récemment La Gravière qui occupe une place particulière dans le coeur du jeune musicien: « c’est là que j’ai passé d’excellentes soirées et réellement découvert la musique électronique », explique-t-il.

Au-delà de ses performances de dj, Mirlaqi souhaite développer l’idée d’un vrai live avec ses machines, à proposer en club. Pour présenter son nouveau projet qui sortira en mars prochain, Mirlaqi jouera pour la première fois son live à Genève, lors du Noctambar à La Gravière. Son EP, conçut comme un hommage à son vélo, présente de la disco et de la house avec également la présence de chant. L’un des titres, Ride of the free est même passé sur Couleur 3, et deux autres sortiront en vinyle sur un label berlinois.

De belles opportunités qui propulseront Mirlaqi un peu plus sur le devant de la scène, du moins il l’espère, et annonce également beaucoup de nouveaux projets excitants pour 2019. Le membre du collectif Chaleur Cosmique souhaite toujours continuer à mixer le plus possible, et pourquoi pas un jour monter son propre label local. « Il y a très peu de labels suisses de musique électronique qui font ce que j’aime, c’est-à-dire, de la disco et de la house ». En attendant, il faudra aller voir le live que nous prépare Mirlaqi au Noctambar le 17 janvier qui espère « répondre aux grandes exigences du public genevois ».

Lien de l’évènement du Noctambar du 17 janvier

Page Facebook de Mirlaqi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.