Le Rez Usine, classé parmi les 5 meilleurs clubs de Suisse

Le Rez Usine, à ne plus confondre avec son ancienne appellation Kalvingrad, a su réinventer son public et sa programmation cette dernière année. Pour récompenser le travail de la nouvelle équipe à la tête de l’association, le Pour-cent Culturel Migros la Fondation SUISA lui ont accordé 5’000 francs de soutien, le classant parmi les 5 meilleurs clubs de Suisse !

Le Rez a été jugé l’un des « clubs de musique dotés d’un programme de musique live exceptionnel sur le plan culturel et présentant une proportion élevée de groupes nationaux et d’artistes de la relève ». EPIC-Magazine est parti à la rencontre de Will le programmateur, Marine en charge de la promotion et Maureen, responsable logistique bar et staff, pour revenir sur cette année riche.

Alors l’équipe, d’où vient cette passion pour continuer à faire vivre le Rez Usine qui a fêté ses 30 ans cette année ?

Will: On réalise qu’on a une chance de dingue de pouvoir mettre cette salle à profit. Elle a un potentiel tellement énorme: on est en centre ville, on peut moduler les scènes comme on le veut… C’est ça qui nous donne envie de nous investir !

Les soirées au Rez, qu’on les connaisse ou pas, on n’imagine rarement la dose de travail qui y est investie… Qui est derrière toute cette organisation ?

Will: On est 5 au bureau à coordonner toute l’association. Guido, Germain, Marine, Maureen, et moi-même nous réunissons tous les jeudis avec les responsables de secteurs pour discuter des soirées à venir, mais aussi des soirées passées ! On fonctionne de manière horizontale, donc même si chacun.e de nous dispose d’un rôle précis, on peut tous participer et donner notre avis, proposer des idées… La programmation est très ouverte, en favorisant des collaborations. Par exemple au mois de décembre, les collectifs Som Squad ou Bisque ont co-organisé des évènements. Il y a aussi eu une collab’ avec La Cave 12. Le but, c’est que la scène soit à nouveau accessible à des artistes et des publics qui avaient perdu l’habitude de venir au Rez.

Maureen: Tout le staff travaille de concert pour essayer de proposer la meilleure qualité de soirées possible. Comme il y a une grande part de bénévolat, il faut être intéressé, ouvert d’esprit et motivé ! Pas besoin d’être barman/barmaid expérimenté.e pour venir servir au bar. La grande diversité des profils est aussi au rendez-vous. Il y a de tous les âges. Ça permet de faire des rencontres, le tout dans une bonne ambiance !

Vous êtes tous trois arrivés il y a un an ou moins au bureau, quelles étaient vos envies, vos projets pour le Rez ?

Marine: On souhaitait se fédérer davantage à l’Usine en mettant en avant ce nom de Rez-Usine ! L’Usine est avant tout un centre culturel alternatif pluridisciplinaire, une entité solidaire qui offre une programmation riche et pointue dans des champs artistiques variés. Il n’y a pas d’intérêt à rayonner en solo, d’autant que cela crée de la confusion auprès des visiteurs. Dans le cadre de ma mission ça passe évidemment par une présence accrue sur le web et le print et une veille sourcilleuse à la disparition du nom Kalvingrad. Au quotidien cela représente une médiation sans relâche auprès de nos différents collaborateurs (co-organisateurs, bookers, artistes, presse…). Dans un second temps nous désirions enrichir la newsletter mensuelle sur un ton accrocheur et humoristique en prolongeant notre identité visuelle sur ce support de communication.

Will: Une nouvelle identité visuelle est apparue en septembre 2018, dans le but de parler à tout le monde, autant à un punk qu’à un étudiant en école d’art ! Cette volonté d’amener un public plus mixte se retrouve aussi dans la programmation. On organise des soirées haïtiennes, parfois on a de la cumbia, ou sinon des concerts comme Alkapote plus récemment, forcément c’est très varié…

Maureen: Quand on se charge de la logistique, du bar et du staff, le but est de toujours veiller à ce que la vie en salle soit la plus idéale possible pour les gens qui travaillent ! Et surtout, qu’il y ait suffisamment de boisson disponible. Pour cela, on essaye de varier les types de bières et vins en allant chercher chez des brasseries et producteurs locaux. Faire découvrir de nouvelles choses au public permet aussi de diversifier le tout.

Ce soutien venant du programme Cheers! qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Marine: Ce n’était pas la première fois qu’on soumettait notre dossier pour concourir à ce prix. Cette année ça a marché. C’est très positif pour nous du point de vue de la reconnaissance d’être sélectionné parmi les 5 meilleurs clubs de Suisse romande. On appréhende la suite positivement et on espère multiplier les subventions auprès des fondations, pour nous permettre de pérenniser notre politique de petits prix.  Le fait que la culture doit être accessible à tous.tes est l’un des piliers fondamentaux de notre mission associative, avec notre volonté de proposer une multitude de concerts et de soirées de qualité pour ravir toutes les sensibilités !

Que vous réserve la suite, en 2020 ?

Maureen: On s’accorde quelques mois « plus calmes » en début d’année pour se restructurer à l’interne et gérer tout l’envers du décor de l’organisation des soirées. On aura un peu moins de dates, mais c’est pour revenir plus fort en mars, avril. On va un peu se ressourcer !

Will: On veut continuer à remplir la salle, et également essayer d’attirer un public plus jeune pour leur permettre d’assister à leur tout premier concert ! Ça sera le cas avec le concert de Tsew The Kid où des jeunes à partir de 14 ans pourront venir, accompagnés ! On veut s’adapter le plus possible à nos publics pour continuer à encourager une diversité toujours plus grande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.