Régis, dieu incendiaire

Régis est de retour et le fait savoir. Une dizaine de jours après la sortie du clip d’Adieu Genève, EPIC te présente en exclusivité Dieu, un deuxième titre qui annonce L’Enfer c’est nous prévu pour le 25 septembre. L’occasion de parler de MPC, de Gainsbourg et d’incendie.

Ramant sur un canot de sauvetage dans la Rade, Régis est réapparu dans nos oreilles et sur nos écrans le 10 juillet. Si Adieu Genève est teinté de mélancolie et de synthés à la Daho, Dieu est un remix signé Pascal Viscardi. Ça sonne tout de suite plus électro, voire exotica 2020 style. « J’ai envoyé les vocals à Pascal, il ne connaît pas l’original. C’est étrange mais je trouve qu’il en a fait un truc cool ! » Le fil rouge entre ces deux titres, c’est la voix de Régis bien sûr, grave et enveloppante, et ses textes. Le deuxième album s’annonce chaud : « Mon univers tourne un peu autour de l’enfer, mais d’une façon érotique. En général, c’est plutôt une chaleur qu’un enfer ». Et quand il parle d’univers, la frontière entre réalité et fantasmes est fine : « Pour l’anecdote, j’ai fait brûler l’atelier de ma copine à la Saint-Valentin ».

Comme quatre ans (et un incendie) se sont écoulés depuis son premier album éponyme, beaucoup de choses ont changé. Sans renier Bashung ou Gainsbourg, Régis a envie de se tourner vers une « écriture à la Lou Reed », vers « des choses simples et basiques, épurées». Pour ce faire, il s’est détaché du groupe qui l’accompagnait et a bricolé avec sa MPC. « J’avais envie de pouvoir tout jouer seul, sans dépendre d’un ordinateur. C’était un peu compliqué, mais j’ai trouvé une solution : un sampleur, une grosse table de mix, une réverb, des effets. » Simple et efficace. A cela s’ajoute l’aide précieuse de Ladislav Agabekov, l’homme derrière la plupart des masterings de Cheptel Records. « C’était une super collaboration. Il m’a surtout aidé pour le mix, m’a beaucoup conseillé et il a ajouté pas mal de choses, pour que ça sonne comme je voulais. Et ça sonne comme je veux, donc c’est chouette !

Pour se faire une idée de ce que ça veut dire, rendez-vous aux Bains des Pâquis le 30 juillet. Régis y sera en concert et jouera L’Enfer c’est nous pour nous en donner un avant-goût. Histoire de nous faire patienter jusqu’à la sortie de l’album, un deuxième clip sortira cet été, et Régis planche déjà sur un troisième disque avec « comme ligne directrice Suicide (Alan Vega) 2020 » et un des producteurs de Bashung. Rien que ça !

Tags sur cette publication
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.