Pénétrer dans les coulisses de la Motel Radio du Motel Campo

Le déconfinement commence gentiment à s’amorcer en Suisse mais, pour certains, l’heure n’est pas encore à l’ouverture. Pour continuer à vivre malgré la fermeture temporaire, plusieurs clubs genevois proposent depuis quelques semaines différentes initiatives. C’est le cas du projet Motel Radio du Motel Campo.

Le Motel Campo l’a annoncé de la sorte : « Nous sommes fermés physiquement mais restons ouverts spirituellement. Stay home and listen to Motel Radio. » Chaque jeudi et vendredi de 16h à 19h, un dj set en live streaming est enregistré depuis le Motel Campo situé sur l’emblématique route des Jeunes, et retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Cette initiative s’inscrit dans une démarche similaire aux Résiliences Sonores qui se sont ancrées à Bongo Joe, Le Zoo ou encore La Gravière.

Notre photographe Timon Bachmann, qui a déjà immortalisé les coulisses de ces derniers dans nos derniers retours en images, s’est également rendu au Motel le 14 mai dernier pour capturer des instants de musique, ainsi qu’une ambiance bien propre au lieu niché dans un garage automobile le jour, et transformé autrefois en club tous les samedis soirs. C’est le dj et producteur Rolv.K qui s’est retrouvé derrière les platines, accompagné d’Anita Kirppis et Garancina.

Pour comprendre la genèse et l’esprit du projet, EPIC a posé 3 questions à Nicolas Oggier, co-directeur et programmateur du club.

Comment est né le projet Motel Radio ?

Ça s’est fait très naturellement, à suite des annonces du Conseil Fédéral par rapport à la fermeture des clubs. On avait déjà ce projet dans un coin de nos têtes, on voulait le faire. Avec la croix qu’on avait utilisée pour Antigel, on s’est dit : c’est maintenant, il faut le faire. On trouvait bien d’inclure d’autres personnes dans le projet (ndlr. en plus d’Audrey Danza, dj, et co-initiatrice de la radio, ainsi que Frédéric Post). On a alors demandé à Nast (ndlr. qui fait partie du collectif Statement) si ça l’intéressait de participer au projet. On avait déjà eu l’idée de mettre ça en place avant le confinement, mais ce dernier a accéléré les choses !

Quel est le but de la Motel Radio ?

Elle souhaite soutenir la scène locale et continuer dans la même ligne directrice de programmation que nous avions engagée au Motel Campo. On fait une liste d’artistes qu’on aimerait bien voir jouer au Motel. On se sépare le travail avec Nast, Audrey et moi pour définir des line-up cohérents avant de contacter les artistes. Tous trois nous cherchons une musique de qualité, avec des artistes de qualité qui n’ont aussi pas forcément la possibilité de jouer tous en club : on voulait aussi sortir de cet esprit club, de faire danser les gens etc… Il n’y a pas de pression pour les artistes, ils peuvent jouer des choses un peu différentes, et apporter des sons pas forcément club. C’était l’idée globale de la radio, « éduquer » les gens avec la musique qu’on aimerait jouer plus au Motel. Plein d’artistes sont de très bons dj’s mais c’est compliqué de les faire jouer au Motel où c’est un milieu festif et de danse.

Comment le projet va-t-il évoluer après le confinement ?

Quant à l’évolution, on est en train de regarder : au mois de mai les deux sessions hebdomadaires ont eu lieu le jeudi et vendredi. Pour le mois de juin on va repartir sur une base d’une seule émission uniquement. Quand le Motel ré ouvrira, cela changera encore puisqu’on fera des émissions ponctuelles en semaine, à voir encore comment on définira la répartition de la programmation. Le but est d’encourager aussi des émissions et d’autres tables rondes, dans l’idéal !

Si vous souhaitez soutenir le projet, une cagnotte PayPal a été mis en place pour soutenir financièrement les artistes qui se produisent sur la Motel Radio !

Tags sur cette publication
, , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.